Petite sieste pour un contrôleur aérien japonais

Un contrôleur aérien japonais s’est endormi à son poste de travail mardi dernier, faisant attendre trois avions en partance ou bien dans l’attente d’une autorisation de décollage.

Le contrôleur aérien fautif de l’aéroport de Naha dans la préfecture d’Okinawa (Sud du Japon), un aéroport dédié aux passagers et aux avions cargo, a déclaré s’être endormi après avoir eu un sentiment de somnolence. Agé de 50 ans et submergé par la fatigue, il n’a pas entendu pendant 12 longues minutes les appels répétés de plusieurs pilotes. C’est d’abord, un Boeing 767-300F, un avion cargo d’All Nippon Airways (ANA) en provenance de Bangkok, qui ne recevant pas d’autorisation de la tour de contrôle, va tourner en rond dans le ciel d’Okinawa. Puis, quelques minutes plus tard, un autre B676-300 cargo à destination de Shanghai fait des appels répétés pour décoller de la piste de Naha, sans succès. Des appels par téléphone sont tentés, sans davantage de succès, le contrôleur dormant à poings fermés. Enfin, un troisième Boeing 767-300 cargo d’ANA en provenance de Hong Kong et à destination d’Okinawa arrive en phase d’approche et demande les instructions à la tour de contrôle. Mais toujours silence radio.
Finalement, 12 minutes après le début de ce silence radio, le marchand de sable s’éloigne, le contrôleur reprend ses esprits… et ses responsabilités. Les trois Boeing atterriront et décolleront sans problème mais avec 15 minutes à 17 minutes de retard.
L’Autorité de l’aviation civile japonaise a indiqué que la tour de contrôle dispose de deux contrôleurs âgés de 30 et 50 ans, mais que le plus jeune était allé se détendre en salle de repos, laissant seul le plus âgé. Une enquête est en cours.
Si le cas semble rare au Japon, pareille mésaventure est arrivé récemment plusieurs fois aux Etats-Unis, aboutissant à une mise à pied des contrôleurs fautifs.