Le Premier ministre, Shinzo Abe, a promis à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) et au Comité International Olympique (CIO), de prendre des mesures concernant les fuites à Fukushima afin d’assurer le bon déroulement des futurs Jeux Olympiques et Paralympiques qui auront lieu à Tôkyô en 2020.

Shinzo Abe à Londres en 2013 (© Chatham House)
Shinzo Abe à Londres en 2013 (© Chatham House)

L’ambassadeur Toshiro Ozawa a assuré à l’AIEA que le gouvernement avait bien un projet afin de limiter les dégâts causés par les fuites radioactives à la centrale nucléaire de Fukushima, et qu’il ferait tout son possible pour résoudre la situation.

Les pays voisins, quant à eux, appellent à plus de transparence concernant la situation et les actions décidées par le Japon. Lors de l’assemblée générale de l’AIEA, une réunion d’information aura justement lieu afin de faire part du contexte actuel.

Shinzo Abe a également tenu le même discours devant le CIO, assurant que la situation était sous contrôle et que le Japon ne laisserait jamais cette catastrophe nucléaire toucher Tôkyô. Il a aussi ajouté, peu avant le vote du CIO à Buenos Aires le 7 septembre, que l’eau radioactive avait été bloquée dans une partie de la centrale N°1  de Fukushima.

Denis Oswald, un membre suisse du CIO, a estimé avoir été convaincu par les propos d’Abe.

Toutefois, certaines sources rapportent que Tepco n’a pas été capable d’empêcher certains matériaux radioactifs de finir dans l’océan. Le gouvernement a reconnu que 300 tonnes d’eau radioactive s’écoulent dans le port chaque jour.

L’opérateur de la centrale ainsi que les pêcheurs locaux ont des doutes quant au discours de Shinzo Abe. Un pêcheur de Soma est en colère contre les propos tenus par le Premier ministre : « Il peut dire que l’eau radioactive a été bloquée parce qu’il ne sait pas ce qui se passe sur place. Il a dit que c’était sans danger lorsqu’il était à l’étranger mais il ne nous dira pas la même chose ».

Les médias chinois et coréens ont eux aussi remis en cause les propos d’Abe. « Malgré que le Japon assure que la situation est sous contrôle, les inquiétudes de la population ne peuvent pas être dissipées » a fait remarquer un programme de la télévision centrale chinoise.

Claire Bouyssou – sources : NHK, Asahi Shimbun