« S’il y a encore quelqu’un qui doute que l’Amérique est l’endroit où tout est possible; qui se demande encore si le rêve des pères fondateurs est encore vivant aujourd’hui; qui s’interroge encore sur la puissance de notre démocratie: vous lui avez répondu ce soir ». C’est par cette déclaration que le président-élu Barack Obama a salué mardi la foule immense venue fêter sa victoire dans la course à la présidentielle.

« Cette réponse a été donnée par jeunes et vieux, riches et pauvres, démocrates et républicains, noirs, blancs, hispaniques, asiatiques, indiens, gays, hétérosexuels, handicapés, valides. Tous ces Américains qui ont envoyé un message au monde: nous n’avons jamais été un simple rassemblement d’individus, un collage d’Etats rouges (républicains, ndlr) et d’Etats bleus (démocrates). Nous sommes et nous serons toujours les Etats Unis d’Amérique », a dit celui qui, le 20 janvier prochain, entrera dans l’histoire en devenant le 44e président des Etats-Unis et premier Noir à accéder à la Maison Blanche.

« L’heure du changement est arrivée pour l’Amérique », a-t-il lancé avant de raconter qu’il avait reçu un appel « extraordinairement élégant » du sénateur John McCain. Après avoir remercié son rival malheureux et sa colistière Sarah Palin, Obama a rendu un hommage appuyé à ses deux filles, Sasha et Malia, ainsi qu’à son épouse: « Je ne me tiendrais pas ici devant vous ce soir sous le soutien sans faille de ma meilleure amie ces 16 dernières années (…) le roc de notre famille, l’amour de ma vie, la prochaine première dame des Etats-Unis ».

Après avoir également remercié avec force son équipe de campagne, Barack Obama a lancé à la foule: « je n’oublierai jamais à qui appartient vraiment cette victoire. Elle vous appartient. Elle vous appartient ».

Mais, a-t-il averti, « la route qui nous attend sera longue. Notre ascension sera difficile »: « Nous n’y arriverons peut-être pas en un an ou même en un mandat. Mais, je n’ai jamais été plus optimiste que ce soir que nous y arriverons », a souligné Obama alors que la foule scandait son slogan de campagne « Yes we can, yes we can! ».

« Il y aura des ratés et des faux départs. Beaucoup n’accepteront pas les décisions que je prendrai en tant que président. Et nous savons que le gouvernement ne pourra pas résoudre tous les problèmes. Mais je serai toujours honnête avec vous sur les défis qui nous attendent. Je serai à votre écoute, spécialement quand nous serons en désaccord. Et par dessus tout, je vous demanderai de participer à la refondation de ce pays ».

« Le vrai génie de l’Amérique, c’est sa capacité au changement », a dit Obama après avoir rappelé les défis qui attendaient les Etats-Unis tels que la crise financière mais également les deux guerres d’Irak et d’Afghanistan. AP

PARTAGER