« Bonne année » en japonais

baLa fin de l’année approche et bientôt viendra le temps des vœux et des bonnes résolutions. C’est l’occasion d’apprendre à dire « bonne année » en japonais, avec deux expressions pas très compliquées, mais qui ne sont pas interchangeables. Et j’en profiterai pour évoquer un peu de vocabulaire sur le même thème.

良いお年を (よいおとしを)

La formule complète, qu’on emploie généralement sous sa forme abrégée, est 良いお年を迎えてください: 良い est l’équivalent de いい et signifie « bon, bien » ; 年, c’est l’année, précédée ici d’un お honorifique ; 迎える signifie souvent « accueillir », mais il a ici le sens « d’approcher d’un moment donné » (ici la fin de l’année) ; la forme en て+ください, est une des formes polies d’impératif, comme je l’ai expliqué ici

La traduction littérale n’est pas ici très parlante. L’expression signifie plutôt : « passez une bonne fin d’année » (et commencez bien la nouvelle). Elle trouve son origine dans les multiples tâches qui accompagnaient jadis la fin d’année : payer ses dettes, faire un grand ménage, etc. Il s’agissait donc, lorsqu’on croisait quelqu’un durant cette période, de se souhaiter mutuellement bon courage pour boucler tout cela avant de commencer la nouvelle année. La fin décembre reste aujourd’hui encore une période très chargée, et la tradition du grand ménage semble perdurer.
De nos jours, 良いお年を est une formule qu’on utilise pour saluer une personne que l’on quitte en sachant qu’on ne la reverra pas avant l’année suivante.

あけまして おめでとう

あけまして est une forme de あける, « ouvrir« , et peut s’employer à l’occasion de la nouvelle année, ou d’une nouvelle saison. おめでとうsignifie « félicitations ». Cela signifie donc littéralement, « la nouvelle année a commencé, félicitations ».
C’est donc une formule qu’on utilise au début de la nouvelle année, mais pas au mois de décembre, contrairement à l’expression précédente.

忘年会 (ぼうねんかい)

Il ne s’agit pas là une salutation, mais du nom des réjouissances de fin d’année qu’organisent les associations, les entreprises, les partis politiques et autres. 忘 signifie « oublier » et 会 signifie « rencontre, réunion ». C’est donc littéralement la « réunion d’oubli de l’année ». Il s’agit, en mangeant et en buvant abondamment, d’oublier les mauvaises choses de l’année qui se termine pour bien commencer la nouvelle. Cette fête n’a pas de connotation religieuse, et ne suit aucun cérémonial prédéfini.

大晦日 (おおみそか)

C’est un autre mot de vocabulaire lié à la nouvelle année. 大晦日désigne le 31 décembre. Vous connaissez sans doute 大 (grand) et 日 (jour). 晦 signifie ici « dernier jour du mois ». Il est de tradition ce jour-là de préparer des plats pour les jours à venir (car cela porte malheur de cuisiner les 3e premiers jours de l’année), de manger des soba (としこしそば, particulièrement longues et fines), puis, à minuit, d’aller au temple pour faire la première visite de l’année (はつもで, visite qui peut aussi être faite les jours suivants), et pour entendre la cloche qui est frappée 108 fois, afin d’éradiquer les 108 désirs et autres tentations qui sont, selon le bouddhisme, cause de toutes les souffrances humaines. La NHK diffuse également à cette occasion une compétition entre des chanteurs populaires de tous âges, répartis en deux groupes, les rouges et les blancs. Il s’agit d’une émission très regardée depuis des décennies, probablement bien plus populaire que notre traditionnel concert du Nouvel an.

正月 (しょうがつ)

正月 désigne normalement tout le mois de janvier (c’est ainsi qu’était appelé ce mois dans le calendrier traditionnel). Mais cela se confond aujourd’hui avec la période de fête et de vacances qui inaugure l’année. Seul le 1er janvier (元日、がんじつ) est férié, mais les vacances se poursuivent généralement jusqu’au 3e jour au moins. C’est l’occasion de passer du temps en famille, de voyager, de manger des plats particuliers (おせち), de faire des visites et d’écrire les cartes de vœux.

Voilà pour le vocabulaire de saison. Bonne fin d’année à tous. 良いお年を

Ecrit par Elisabeth de Sukinanihongo