Des pirates armés somaliens ont détourné un pétrolier japonais et un vraquier iranien dans le Golfe d’Aden, a confirmé jeudi un responsable de la marine régionale.

Selon Andrew Mwangura, coordinateur du Programme d’assistance aux marins en Afrique de l’est (SAP), les pirates ont ouvert le feu sur le navire iranien avant de monter à bord mercredi soir.

Moins d’une heure après, un pétrolier japonais qui compte 19 membres d’équipage a également été attaqué et détourné au même endroit, selon le même responsable.

« Les pirates somaliens ont détourné deux autres navires la nuit dernière à quelques heures d’intervalle, un navire iranien en premier, puis un navire japonais. Je ne connais pas encore leurs noms », a déclaré M. Mwangura à l’agence Xinhua par téléphone depuis Mombasa, ville portuaire dans l’est du Kenya.

Ces détournements interviennent deux jours après qu’un navire malaisien transportant de l’huile de palme eut été attaqué dans la même zone par des pirates.

M. Mwangura a déclaré que les autorités attendraient d’avoir une meilleure idée de l’identité des marins et des assaillants avant d’essayer de prendre contact avec l’équipage.

La fréquence des attaques des pirates est particulièrement élevée ces derniers mois. Depuis fin juillet, des navires japonais, nigérians et thaïlandais ont été attaqués par des pirates somaliens pour obtenir des rançons.

La piraterie est depuis longtemps un problème dans le Golfe d’Aden, une des voies navigables les plus empruntées au monde qui relie l’océan Indien à la mer Rouge en passant par la Somalie, dépourvue d’un gouvernement central efficace depuis 1991.

Les attaquants sont habituellement munis d’armes automatiques et de grenades et voyagent à bord de petits hors-bords rapides.

La côte somalienne est considérée comme une des plus dangereuses du monde en raison de ces actes de piraterie.

Xinhua

PARTAGER