Des niveaux élevés de césium radioactif ont été détectés dans des rats attrapés dans les forêts près de la centrale nucléaire endommagée Daiichi à Fukushima.

Les chercheurs de l’institut de recherche « Forestry and Forest Products » ont analysé des échantillons de rats collectés dans les régions plus ou moins éloignées des préfectures de Fukushima et Ibaraki en Octobre et Décembre derniers.

D’après l’institut, environ 3100 becquerels de césium par kilogramme ont été détectés dans les rats capturés à proximité du village Kawauchi situé à 30km de la centrale. 70 km plus loin, environ 790 becquerels par kilogramme ont été trouvés dans les rats attrapés autour de la ville de Kita-Ibaraki.

Les niveaux de radiations dans l’air étaient de 3.11 microsieverts par heure à Kawauchi et 0.2 microsieverts à Kita-Ibaraki.

L’institut déclare que le niveau de césium dans les rats a apparemment augmenté proportionnellement à la concentration de radiations atmosphériques lorsque les sujets étaient vivants.

D’après Yoshihisa Kubota, chercheur à l’Institut National des Sciences Radiologiques, les rats seraient aussi sensibles aux radiations que les humains. Il souligne l’importance de maintenir les études en cours sur les effets des substances radioactives sur les organismes sauvages.

Carine Dupuis – source : NHK World