Dans la soirée du 14 mars, deux séismes ont frappé le Kantô ainsi que le Nord-Est du Japon.

Cela a commencé à 18h09, à 210 km des côtes du Tôhoku et d’Hokkaidô avec un séisme de magnitude 6.8. Son hypocentre à 10 km de profondeur ainsi que sa puissance ont amené les autorités à déclencher une alerte tsunami, pendant environ une heure et demi, pour des vagues de 50 cm environ. Les habitants des zones côtières des préfectures d’Aomori et d’Iwate notamment, ont été invités à évacuer à la suite ce cette alerte. Heureusement ce ne sont que des faibles vagues qui ont été observées: 20 cm à Hachinohe (Aomori) et 10 cm à Erimo (Hokkaidô) ainsi qu’à Mutsu (Aomori). Japan Nuclear Fuel Ltd a déclaré qu’il n’a détecté aucune anomalie dans son usine de retraitement de combustible irradié dans le village de Rokkasho (Aomori), alors que Tohoku Electric Power Co. a déclaré que le séisme n’a pas causé de problèmes à ses centrales nucléaires d’Onagawa (Miyagi) et Higashidori (Aomori) alors fermées comme la grande majorité des centrales japonaises.

Ensuite c’est au tour du Kantô d’être touché par un séisme de magnitude 6.1 à 21h05. Son hypocentre se trouvait à environ 15 km de profondeur proche des côtes orientales de la préfecture de Chiba à l’Est de Tôkyô. Aucune alerte tsunami n’a été lancée. L’aéroport international de Narita (Chiba) a également été fermé brièvement afin de vérifier l’absence de dégât sur les pistes. Des trains à grande vitesse Shinkansen et des trains régionaux ont également dû être stoppés en raison du séisme. TEPCO a annoncé qu’aucune anomalie n’avait été détectée dans la centrale accidentée de Fukushima Daiichi.

Depuis un an, de nombreuses répliques ont secoué le Nord-Est du Japon. D’après Akira Nagai, responsable à l’Agence météorologique, ces deux séismes seraient également des répliques du grand du tremblement de terre du 11 mars 2011.

Heureusement, aucune victime ni dégât important ne sont à signaler.

Pierre-Etienne De Lazzer – sources: Romandie News, Le Monde, The Japan Times