Ce dimanche, un puissant séisme a secoué la région du Tôhoku, déjà touchée il y a 2 ans et demi, sans faire de dégât ni de victime.

La centrale nucléaire d'Onagawa, préfecture de Miyagi (© Nekosuki600)
La centrale nucléaire d’Onagawa, préfecture de Miyagi (© Nekosuki600)

Le séisme de magnitude 6 s’est déclenché peu après midi au large des côtes de Miyagi, qui se trouve juste au nord de la préfecture de Fukushima. L’hypocentre du séisme, c’est à dire le foyer de départ de la rupture sismique, se trouve à 58 km de profondeur sous le plancher océanique.

Le tremblement de terre a touché une grande partie du Tôhoku, nord-est de l’île principale de Honshû, mais aucun tsunami n’a été détecté selon l’Agence météorologique japonaise.

À Fukushima n°1 et n°2, Tepco affirme n’avoir remarqué aucune anomalie, aussi bien au niveau de l’alimentation électrique qu’au niveau des détecteurs de radiations.

Enfin, l’exploitant a assuré que tout était normale à sa centrale d’Onagawa, préfecture de Miyagi. Les 3 réacteurs avaient été arrêtés en 2011 suite à des fuites radioactives causées par le grand séisme du Tôhoku.

Pierre-Etienne De Lazzer – source : The Japan Times