Selon une enquête de la NHK, plus de 40 pour cent des préfectures et municipalités équipées en centrales nucléaires approuvent les tests de résistance menés par le gouvernement pour confirmer la sécurité des réacteurs à l’arrêt. Près de 80 pour centre d’entre elles s’opposeraient toutefois à leur redémarrage.

La NHK a reçu fin septembre les réponses de l’ensemble des 29 préfectures dont les municipalités abritent des centrales nucléaires, à l’exception de la préfecture de Fukushima.

Si 41 pour cent d’entre elles approuvent les tests de résistance, 14 pour cent les contestent et 45 pour cent ne se prononcent pas.

Par ailleurs, 79 pour cent des préfectures et municipalités interrogées manifestent une volonté de prudence concernant le redémarrage des réacteurs actuellement à l’arrêt.

Ces résultats sont proches de ceux obtenus à l’issue d’une enquête réalisée en juin, avant l’introduction des tests de résistance. Ces derniers n’auraient donc pas eu d’impact sur l’opinion publique concernant l’éventuel redémarrage des réacteurs.