“Femmes de confort” : le maire d’Osaka fait polémique

Toru Hashimoto, le maire d’Osaka, a déclaré le 13 mai dernier que les « femmes de confort » durant la 2e Guerre Mondiale étaient « nécessaires », en rajoutant qu’elles n’avaient pas fait cela de leur propre volonté. Ses propos ont provoqué un tollé dans l’opinion internationale.

Une jeune Chinoise venant d'un centre de femmes de réconfort attend d'être interrogée dans un camp à Rangoon (8 août 1945). Source Wikipédia

Une jeune Chinoise venant d’un centre de femmes de confort attend d’être interrogée dans un camp à Rangoon (8 août 1945). Source Wikipédia

« Dans des circonstances où des balles fusent de partout comme la pluie et le vent, les soldats couraient et se battaient au péril de leurs vies. Si vous vouliez leur donner un peu de repos dans une telle situation, les femmes de confort étaient nécessaires. Tout le monde peut comprendre ça », a ainsi déclaré Toru Hashimoto. Il a aussi rajouté que « les armées des autres pays en faisaient de même. C’est le résultat de la tragédie de la guerre qui les ont obligé à être femme de confort contre leur gré. Le Japon est responsable. Nous devons offrir des excuses aux anciennes femmes de confort. » Le terme de « femmes de confort » passe mal, la réalité ayant été plus dure.

Ses propos ont suscité une vive réaction, en particulier de la part des États-Unis, qui les considèrent comme étant « offensant » et  « scandaleux ». Le maire d’Osaka a répliqué le 17 mai en accusant les États-Unis d’avoir utilisé des femmes japonaises pour assouvir les besoins des soldats américains durant la 2e Guerre Mondiale.  Hashimoto, qui est aussi le co-leader du parti de Nippon Ishin no Kai (le Parti de la Restauration du Japon), a déclaré qu’il était injuste que le Japon soit le seul pays critiqué concernant ce problème. « Je suis reconnaissant envers les forces militaires américaines qui contribuent à la sécurité de notre pays. Mais des incidents ont eu lieu à Okinawa qui piétinent les droits de l’homme, dus aux actes d’une partie des soldats américains. Par conséquent, les relations diplomatiques entre le Japon et les États-Unis se dégradent progressivement. Les États-Unis devraient porter plus d’attention au respect des droits de l’homme dans la préfecture. »

Hashimoto a accepté les critiques de son parti, mais a refusé de retirer ce qu’il a dit ou de s’excuser. Toutefois, il a présenté des excuses durant une émission de télé : « Je suis désolé si des personnes ont été blessées en interprétant mal mes propos. » Hashimoto rencontrera dans quelques jours d’anciennes femmes de confort afin de dissiper le malentendu. Le maire d’Osaka devait se rendre à New York mais un officiel américain a déclaré que Toru Hashimoto serait considéré comme  « persona non grata ». De plus, le parti Your Party devait créer une alliance avec Nippon Ishin No Kai pour les prochaines élections mais a déclaré que ce ne serait dorénavant plus le cas.

Bouyssou Claire – sources : The Japan Times, Asahi Shimbun 1, 2