Les militants de Greenpeace ont déclaré qu’ils avaient empêché un des navires de la flotte de chasse à la baleine du Japon de se réapprovisionner en carburant, en interposant des bateaux gonflables entre le navire et son fournisseur dans l’Océan Arctique.

Le groupe de protection de l’environnement Greenpeace a déclaré mardi qu’il avait empêché le principal bateau de la flotte de chasse à la baleine du Japon de se réapprovisionner en carburant dans l’Océan Arctique, en interposant un bateau gonflable entre le bateau et son approvisionneur.

La flotte de six bateaux de chasse à la baleine du Japon n’a pas pu chasser la semaine dernière à cause des opposants à cette pratique. Greenpeace a poursuivi la flotte pendant plusieurs jours, alors que les militants du groupe Sea Shepherd ont abordé un bateau de la flotte du Japon et l’ont obligé à cesser toutes ses activités.

« Les militants du bateau de Greenpeace, l’Esperanza, ont aujourd’hui bloqué le bateau Nisshin Maru de la flotte japonaise et l’ont empêché de se réapprovisionner en carburant dans les eaux de l’Arctique, par le biais du navire Oriental Bluebird du Panama » peut-on lire dans un communiqué de Greenpeace.

« Les militants ont placé des bateaux gonflables entre le bateau japonais et le bateau de réapprovisionnement ».

L’association de chasse à la baleine du Japon et les agences de pêche ont toutes déclaré qu’elles n’étaient pas au courant de cet incident.

Le groupe militant Sea Shepherd Conservation Society a été en confrontation plus directe avec la flotte de chasse à la baleine du Japon, après que deux de ses militants ont été retenus pendant deux jours sur le bateau japonais, le Yushin Maru No.2. Les hommes ont finalement été relâchés et remis à un navire de patrouille australien.

Le Japon et les militants de Sea Shepherd s’accusaient mutuellement d’être des terroristes.

Le capitaine du Steve Irwin de Sea Shepherd, Paul Watson, avait menacé l’année dernière de faire couler le navire amiral de la flotte japonaise et était entré en collision avec un navire harpon.

Les autorités japonaises pour la pêche ont déclaré qu’elles prévoyaient d’épuiser les réserves en carburant des navires des militants avant de reprendre leurs activités.

Le navire Sea Shepherd a encore deux semaines de réserve de carburant.

Greenpeace n’a pas voulu indiqué combien de temps son navire pouvait tenir.

Le Japon prévoit de chasser près de 1000 baleines de Minke et rorquals communs pour la recherche au cours de l’été Antarctique, mais a abandonné son projet de chasser 50 baleines à bosse.

Malgré un moratoire sur la chasse à la baleine, le Japon a le droit à une chasse annuelle à visée « scientifique », et ne cesse de répéter que la chasse à la baleine est une tradition culturelle très importante pour les japonais et que la chasse est nécessaire pour étudier les baleines.

Sa flotte a tué 7000 baleines de Minke au cours des vingt dernières années.

actualites-news-environnement.com/

PARTAGER