Interview de Vincent Laborde, co-fondateur du Festival Japa Nîmes

{{Avec 3000 visiteurs pour sa première édition en 2009, le Festival Japa Nîmes s’est imposé comme un événement majeur de la culture manga et nippophile dans le sud de la France. Vincent Laborde, l’un des deux fondateurs, nous a accordé une interview pour présenter sa création…}}

Credits Photos : clichés de l’édition 2009 (affiche et concours de cosplay)

{{Japoninfos : pour ceux qui ne connaissent pas, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le Festival
JapaNîmes ?}}

Vincent Laborde : JapaNîmes est un événement sur la culture asiatique et plus particulièrement japonaise, qui veut devenir l’événement de référence dans la région Languedocienne.

{{JI : pourquoi, comment et quand est né cet événement ?}}

VL : cet événement est né d’un projet de création d’entreprise à l’IUT de Nîmes à Saint Cézaire. A l’origine, j’étudiais un projet sur le manga dans le cadre d’une licence en création d’entreprise, et j’ai eu l’idée de faire une petit festival pour clôturer ma licence. Accompagné de Geordy FELTER, un très bon ami, nous avons monté ce festival en trois mois sur une petite surface proche de 1000 m². Les visiteurs répondirent présents, et nous décidâmes de poursuivre l’aventure à grand échelle, dans le parc des expositions de la ville. Nous pouvons donc dire que JapaNîmes est né ces 11 & 12 juillet 2009, à la salle des expositions de la ville de Nîmes.

{{JI : l’édition 2010 se tiendra à quel endroit exactement ?}}

VL : l’édition de JapaNîmes 2010 se tiendra sur les 5000 m² du parc des Expositions de la ville de Nîmes, 230 avenue du Languedoc.

{{JI : concrètement, vous allez proposer quel type d’activités ?}}

VL : nous proposerons à JapaNîmes de nombreuses activités, pour l’ensemble gratuites, que nous décomposeront en deux catégories : activités culturelles, activités manga et japanimation.

Dans les activité culturelle vous retrouverez :
– le jeu de go
– le shogi
– le tatami des arts martiaux
– une exposition de kimono
– des démonstration d’ikebana
– de l’origami
– de la calligraphie
– des sessions de découverte et de dégustation de thés

Dans les activités manga et japanimations nous proposerons :
– du jeu vidéo japonisant
– des jeux musicaux (JapaNîmes est étape de la DDR league cette année)
– des jeux sur scène
– du karaoké
– des jeux gonflables
– du laser game
– concours de cosplay
– des invités
– des conférences
– …

Le festival est encore en pleine préparation et d’autres partenaires mais également animations viendront se rajouter à la liste.

{{JI : y aura t-il un temps fort particulier ?}}

VL : le véritable temps fort du festival sera la nocturne. A seulement 2 €, nous préparons un concert, un défilé et l’ensemble des concours de jeux vidéos pour un grand moment de nuit. Le programme n’est pas encore définie, mais je crois que la nuit ne devra pas être manqué.

{{JI : vous attendez combien de visiteurs ? Quel est votre rayon d’attraction ?}}

VL : nous espérons 7 à 10 000 visiteurs cette année, mais nous ne sommes pas à l’abris d’une mauvaise surprise comme d’une agréable surprise. Notre rayon d’attraction pour les boutiques est international. Les boutiques viennent de très loin cette année (Belgique, Allemagne, USA). Pour les visiteurs, nous ciblons essentiellement le sud de la France, même si la communication sur le web que nous faisons est nationale.

{{
JI : il existe un si grand intérêt que cela pour la culture japonaise dans le sud ? A quoi est-ce dû selon vous ?}}

VL : il y a effectivement un grand intérêt pour la culture japonaise, pas seulement dans le sud mais dans la France entière. Notre pays est le deuxième pays le plus consommateur de mangas derrière le Japon, et près d’une BD vendues sur deux aujourd’hui est du manga. De ce fait les gens attendent beaucoup ces manifestations, et plus particulièrement qu’elles se rapprochent d’eux.

Ce phénomène de japonisation en France est, selon moi, dû à plusieurs raisons, que je classerais selon 3 catégories : une catégorie culturelle, une catégorie psychologique et enfin une catégorie technique.

D’un point de vue culturel : la France est un pays où la culture de la bande dessinée est fortement imprégnée et de ce fait la nouveauté dans les genres de bande dessiné est relativement bien acceptée par les lecteurs. L’importation massive des mangas au début des année 90 par Glénat et le club Dorothée, qui ont fait véritablement découvrir un nouveau genre, a de ce fait été bien accepté par les lecteurs, même si à l’époque les mangas étaient jugés violents par les parents et autres détracteurs.

D’un point de vue psychologique : l’importation des mangas en France n’a pas été une condition sine qua non de la réussite du manga. Si le manga a percé c’est qu’il est un produit culture puissant et riche. Les genres dans le manga sont très différents et très adaptés aux lecteurs. Une très grande diversité est proposé dans le manga. Chacun retrouve ce qu’il recherche.

On pourrait même dire que la psychologie du manga s’adapte au genre choisi par le lecteur. Les jeunes garçons auront dans les shonen les aventures d’un jeune aventurier au cœur pur, auxquels ils s’identifieront, et les jeunes filles auront dans les shojo une romance ou une idylle amoureuse qui les attendriront. Des mangas sont également plus psychologiques avec une histoire plus travaillée pour les jeunes adultes. Je crois vraiment que la force du manga est dans le pouvoir d’identification qu’offre chaque genre aux lecteurs.

D’un point de vue technique : Je crois que la dernière raison pour laquelle le manga marche, est une raison technique mais tellement importante pour le lecteur : les dates de parution. Le lecteur n’est pas obligé d’attendre un an pour voir sortir son manga, contrairement à la BD Franco-belge, ou aux autres genres. De ce fait l’auteur est quelque part rassasié rapidement mais aussi tenu en haleine, ce qui crée une sorte de dépendance positive à la série suivie.

Pour finir, le prix est également une des raisons du succès du manga.

{{
JI : que peut-on vous souhaiter pour cette édition ?}}

VL : la meilleur réussite qu’il soit, de nombreux visiteurs ainsi qu’un grand spectacle sur les deux jours de manifestation.

{{
JI : vous pouvez peut être nous rappeler les dates, le lieu et le prix pour participer ?}}

JapaNîmes se déroule les 5-6 juin 2010, de 10h-19h.
Une nocturne se déroulera la nuit du 5 juin de 21h à 1h.

Lieu : Parc des Exposition, 230 Avenu du Languedoc

Tarif entrée :
7€ la journée
12 € le week-end
9 € le week-end pour les détenteur de la MS (Manga-Sanctuary) Carte
2 € la nocturne

Préventes :
6,50 la journée (prochainement en ligne sur le réseau FNAC)
11 € le week-end