{{{Remise des 1,7 millions de signatures à l’Ambassade américaine à Tokyo}}}

Les 70 volontaires venus du monde entier pour être présents au Japon lors de la réouverture de la chasse au dauphin à Taiji se sont rassemblés le 2 septembre à Tokyo pour manifester et remettre les 1,7 millions de signatures s’opposant aux massacres.

Les pétitions (qui comptent sans doute votre nom si vous êtes un(e) fidèle de ce blog) ont été remises à Bruce Howard, Conseiller de l’ambassadeur américain sur les questions touchant aux sciences, à l’environnement et à la santé. Il a accepté les signatures et Ric O’Barry l’a prié de faire passer le message jusqu’à la tête de l’administration américaine, pour demander au président Obama d’aider à mettre un terme aux massacres des dauphins au Japon.

{{{Des dizaines de journalistes étaient là pour témoigner de cette action.}}} Grâce à cette mobilisation, et grâce à tous ceux qui ont signé ces pétitions, l’existence des massacres de dauphins à Taiji a pu être révélée aux millions de Japonais qui lisent les journaux et regardent les informations télévisées. De manière très constructive, les médias japonais ont de plus relayé l’action de Save Japan Dolphins comme respectueuse du peuple japonais, ce qui permet à la nouvelle campagne de Ric O’Barry de commencer sur de bonnes bases.

{{{
Pour l’instant, aucun dauphin n’a été massacré à Taiji…}}}

Plusieurs volontaires accompagnant Save Japan Dolphins se sont rendus à Taiji ce vendredi 3 septembre. Ric O’Barry avait décidé de ne pas les accompagner, pour ne pas rendre la situation plus tendue qu’elle ne l’est déjà, et pour ne pas donner l’occasion aux médias nippons de détourner sur lui l’attention qui doit être consacrés aux massacres de dauphins eux-mêmes.

Le 2 septembre, les pêcheurs ont rabattus une vingtaine de dauphins dans la baie de Taiji. Lorsque les volontaires sont arrivés le lendemain, la ville ressemblait étrangement à une ville fantôme. Après quelques démêlés sans gravité avec des forces de l’ordre policées, ils ont pu se rendre dans le Tsunami Park, qui donne une vue plongeante sur la baie où sont massacrés les dauphins. Là, ils n’ont repéré ni dauphin, ni trace de sang.

Save Japan Dolphins a appris que l’attention médiatique amenée par sa campagne était trop importante pour les pêcheurs et qu’elle les gênait. Les dauphins capturés n’ont donc pas été tués. Une partie a été condamnée à une vie de captivité en delphinarium, et les autres ont été relâchés en mer ! Il ne faut cependant pas se réjouir trop vite, car la même chose s’est produite l’an dernier, ce qui n’a pas empêché la tuerie de reprendre peu après…

{{{Et une petite victoire pour les baleines}}}

Dans l’hôtel tokyoïte où réside Save Japan Dolphins, un des volontaires a remarqué que des conserves de viande de baleine était disponibles dans les distributeurs automatiques du hall d’entrée. Les militants ont acheté deux boîtes et les ont remises à un journaliste de “The Japan Times” pour qu’elles soient analysées.

Le lendemain, Mark Berman et l’équipe de Save Japan Dolphins sont allés se plaindre à la réception, en indiquant que la présence de cette viande pouvait poser problème si un touriste américain essayait d’en ramener chez lui (une violation du US Endangered Species Act).
De façon assez inattendue, la direction de l’hôtel a immédiatement fait retirer toutes les boîtes des machines et indiqué qu’elle parlerait au propriétaire de ces distributeurs. Il n’y aura donc probablement plus de viande de baleine en vente dans cet hôtel !

Source: [Le blog des dauphins->http://www.blog-les-dauphins.com/la-campagne-de-save-japan-dolphins-au-japon-commence-bien/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=feed%3a+leblogsurlesdauphins+%28le+blog+sur+les+dauphins%29]

PARTAGER