La dette du Japon devrait peser sur le budget en 2009-2010

Japon : la charge de la dette devrait peser sur le budget de l’Etat en 2009-2010

Le budget de l’Etat japonais pour l’année d’avril 2009 à mars 2010 risque de pâtir du coût plus élevé de la dette publique et d’une hausse des dépenses sociales, ont affirmé mardi les médias japonais, de sources gouvernementales non précisées.
Les demandes de crédits pour l’année prochaine, que les ministères et agences doivent formuler avant la fin du mois, se montent à 85.690 milliards de yens (530 milliards d’euros), selon plusieurs journaux nippons, à comparer à un budget initial de 83.060 milliards de yens pour cette année.
D’après les médias, l’augmentation des besoins budgétaires tiendrait essentiellement au coût de la dette qui s’élèverait en 2009-2010 à quelque 22.400 milliards de yens (en hausse de 2.200 milliards sur un an), « les prévisions prenant en compte une progression des taux d’intérêt à cause de l’inflation ».
L’endettement du Japon est proportionnellement le plus élevé des pays développés, atteignant en 2007 environ 180% du produit intérieur brut (PIB), à cause de nombreux plans de relance économique mis en oeuvre pour redresser le pays après l’éclatement de la bulle immobilière et financière lors de la précédente décennie.
Le ministre des Finances, Bunmei Ibuki, devrait arbitrer avec sévérité les requêtes des ministères et agences avant d’établir un projet budgétaire, d’autant que les recettes d’impôts tendent à baisser sur fond de ralentissement économique.
Le gouvernement, qui prépare actuellement un nouveau programme de soutien à l’économie, veut éviter dans la mesure du possible d’alourdir encore la dette.
M. Ibuki a souhaité que l’Etat n’ait pas à émettre de nouvelles obligations pour financer le paquet de mesures à l’étude, lesquelles sont destinées à aider les secteurs touchés par l’inflation des prix du pétrole et des matières premières et à dynamiser la consommation intérieure.

[www.lesechos.fr->www.lesechos.fr]