La fusion d’un réacteur à Fukushima aurait pu être évitée

Selon un groupe de chercheurs, la fusion d’un réacteur de la centrale Fukushima Dai-ichi aurait pu être évitée si les injections d’eau avaient débuté 4 heures plus tôt.

Centrale de Fukushima


Les chercheurs de l’Agence japonaise de l’énergie atomique ont effectué une simulation informatique des circonstances ayant conduit à la fusion du coeur du réacteur numéro 2 de la centrale.

Le 11 mars, le système de refroidissement du réacteur est tombé en panne à la suite du séisme et du tsunami survenus peu avant 15h00. L’opérateur de la centrale, la Compagnie d’électricité de Tokyo, a entamé les opérations d’injection d’eau le 14 mars, aux alentours de 20h00, après avoir réduit la pression à l’intérieur du réacteur.

Selon cette simulation, si l’injection avait débuté à partir de 16h30, ou plus tard, la température du réacteur aurait temporairement diminué mais elle aurait à nouveau augmenté en raison de la baisse du niveau d’eau à l’intérieur, et la fusion aurait eu lieu.

En revanche, si les travaux d’injection avaient été entamés avant 16h00, la température du combustible n’aurait vraisemblablement pas atteint les 1200 degrés qui ont conduit à la destruction de l’enceinte métallique, ce qui aurait permis d’éviter la fusion.

Article original : NHK World Service Français © 2011