La SF japonaise perd son roi

Sakyo Komatsu est surtout connu pour son roman catastrophe "La submersion du Japon", publié en 1973.

Sakyo Komatsu est surtout connu pour son roman catastrophe "La submersion du Japon", publié en 1973.

L’écrivain japonais Sakyo Komatsu s’est éteint mardi 26 juillet à l’âge de 80 ans, dans un hôpital d’Osaka. L’auteur de science-fiction a succombé à une pneumonie. Connu par-delà les frontières de son pays pour son best-seller «La submersion du Japon», il était considéré comme l’un des piliers de la littérature nippone.

Diplômé de l’université de Kyoto, Sakyo Komatsu publie «La submersion du Japon» en 1973. S’inspirant d’une peur insulaire, il y imagine la disparition de l’archipel japonais submergé par une kyrielle de catastrophes naturelles. Le succès est immédiat: traduit dans 10 langues, son roman se vend à 4 millions d’exemplaires rien qu’au Japon, et est adapté au cinéma la même année par Shirô Moritani.

On lui doit également d’autres récits de science-fiction aux titres évocateurs, comme «Tokyo Blackout», «Sayonara Jupiter» et «Virus», tous adaptés au cinéma. En 1985, il est consacré par le plus prestigieux prix littéraire de science-fiction japonais, le Nihon SF Taisho Award.

Récemment, dans son magazine trimestriel «Komatsu Magazine», l’écrivain confiait récemment qu’il espérait vivre assez longtemps pour observer l’impact de l’accident nucléaire de Fukushima sur son pays. La SF japonaise vient de perdre celui qu’elle avait pris l’habitude de surnommer son «roi».

Fanny Espargillière

© 2011 – LeNouvelsObs – Article original