Le Chilien Nicolas Zepeda, accusé d’avoir assassiné son ex-petite amie, Narumi Kurosaki une étudiante Japonaise venue apprendre le français à Besançon dans l’Est de la France, a affirmé mardi devant la Court Suprême du Chili qu’il était innocent.

Narumi Kurosaki (© Twitter de la ville de Besançon)

Nicolas Zepeda avait été placé sous mandat d’arrêt international par Interpole en décembre 2016 après être rentré au Chili juste après la disparition de Narumi Kurosaki à Besançon, et une demande d’extradition avait été lancée par la France au Chili, qui l’avait refusée. Le suspect s’est finalement rendu de lui-même devant la Justice chilienne après qu’il en ait été sommé, affirmant qu’il n’avait rien à se reprocher.

Bien que le corps de la jeune femme de 21 ans n’ait toujours pas été retrouvé, les enquêteurs français pensent avoir assez de preuves pour affirmer que l’étudiante aurait été assassinée, et pour suspecter l’ancien professeur assistant de 26 ans, qui semble être la dernière personnes à avoir vu l’étudiante, après avoir diné avec elle et l’avoir raccompagnée à son dortoir, la nuit du 4 décembre 2016.

Mélanie Alves – sources : The Japan Times, The Mainichi, The Asahi Shimbun.