Le ministère de l’Environnement souhaite développer un nouveau modèle de projection de la pollution de l’air.

L'air pollué dans las alentours de Taipei, Taiwan (© Johntarantino1)
L’air pollué dans las alentours de Taipei, Taiwan (© Johntarantino1)

Cette demande intervient en réponse à une augmentation de la présence de particules fines dans l’air, notamment de PM2.5.

Une forte densité de PM2.5 avait été enregistrée en Janvier à cause d’une importante pollution en provenance de Chine. Le ministère avait dû établir des recommandations pour les habitants des régions touchées par de telles pollutions comme Kumamoto ou Shimane.

Pour le développement du modèle, le ministère prévoit une dépense de 626 millions de yens, soit plus de 2.6 fois la somme utilisée pour la prévention contre la pollution de l’air de cette année fiscale.

Le modèle envisagé rassemblera des mesures détaillées de la qualité de l’air dans chaque ville et village. En analysant le volume des émissions domestiques, des voitures et d’autres sources ainsi que les conditions météorologiques, le modèle fera des projections en prenant en compte les polluants produits aussi bien au Japon qu’à l’étranger.

Les données pourront être utilisées pour lutter contre la pollution atmosphérique transfrontalière en provenance de Chine.

Le ministère espère mettre le modèle en fonctionnement d’ici deux ou trois ans.

Pierre-Etienne De Lazzer – source : The Japan News