Le Japon met l’environnement au cœur du G8

La priorité du Japon qui prend la présidence du G8 cette année est de donner une impulsion forte à la lutte internationale contre le changement climatique.

« Les questions environnementales figureront en tête des sujets discutés lors du sommet du G8 à Hokkaido en juillet prochain », déclare Yasuo Fukuda, Premier ministre japonais. Les débats s’appuieront sur un projet baptisé « Cool Earth 50 », présenté lors du précédent sommet par l’ex Premier ministre japonais. Il propose de réduire de moitié les émissions globales d’ici 2050 et insiste sur la nécessaire participation de tous les pays les plus pollueurs.

- Des objectifs nationaux ambitieux –

Deuxième économie mondiale, le Japon est aussi le cinquième plus gros émetteur de gaz à effet de serre derrière la Chine, les Etats-Unis, l’Inde et la Russie. Et les objectifs fixés à Kyoto sont encore loin d’être atteints. Ce pays doit en effet réduire de 6% ses émissions de CO2 d’ici 2012 (par rapport à 1990). Or en 2005, elles avaient augmenté de 7,8%.
Le gouvernement japonais redouble toutefois d’énergie. Une campagne nationale est lancée avec pour slogan : « 1 personne, 1 jour, 1 kg ».
Et si l’archipel faisait figure de mauvais élève à Bali en soutenant les Etats-Unis et en refusant les objectifs chiffrés de réduction des gaz à effet de serre, il revoit aujourd’hui sa copie. Le ministre de l’Environnement annonce en effet un objectif de – 20% à horizon 2020 par rapport aux niveaux de 1990.
Seule interrogation : dans quelle mesure le Japon réduira-t-il véritablement ses émissions ? Car le pays multiplie les déclarations d’intention d’investir dans des projets de réduction d’émission dans les pays en développement. Avec, en retour, des crédits carbone à récupérer histoire d’alléger sa facture…

capitalismedurable.com