Ce vendredi matin, Naoki Tanaka, ministre de la défense, a ordonné aux Forces d’auto-défense (FDA) d’intercepter et de détruire toutes parties du lanceur nord-coréen qui devrait être lancé à la mi-avril et qui tomberaient sur le territoire japonais.

Cette décision a été prise lors de la rencontre entre le ministre et les dirigeants de la FDA plus tôt ce matin et a ensuite été approuvé par le Conseil de Sécurité du gouvernement.

La FDA déploiera des missiles sol-air intercepteurs PAC-3. Ils seront installés dans les îles de la préfecture d’Okinawa et dans la zone métropolitaine de Tôkyô. Également, seront installés des destroyers Aegis, équipés avec des intercepteurs SM-3, autour d’Okinawa.

La Corée du Nord a annoncé qu’il serait lancé un vecteur militaire longue portée « Unha3 » portant un satellite entre le 12 et le 16 avril. La fusée devrait survoler les îles de Sakishima au sud du Japon, situées au sud-ouest de l’île principale d’Okinawa. Le Japon, les États-Unis et d’autres pays ont par ailleurs déclaré que le pays testé actuellement des missiles à longue portée.

L’ordre donné ce vendredi est le deuxième de ce type depuis que le Japon a décidé d’introduire un système de défense antimissile en 2003. Le gouvernement avait donné le tout premier ordre de défense en 2009 lorsque la Corée du Nord avait lancé un missile.

Carine Dupuis – source : NHK World