Le Premier ministre japonais a exprimé samedi les « {remords} » et les « {profonds regrets} » de son pays pour avoir infligé « {des dommages extraordinaires et des souffrances à de nombreux pays, en particulier à la population d’Asie} » pendant la Deuxième guerre mondiale.

Taro Aso, qui a fait cette déclaration télévisée lors de la cérémonie du 64e anniversaire de la reddition de Tokyo en 1945, a assuré que le Japon ne recommencerait jamais. Il ne s’est pas rendu au sanctuaire de Yasukuni pour les soldats japonais morts de la fin du XIXe siècle jusqu’en 1945, où reposent notamment des criminels de guerre.

Les pacifistes et victimes des agressions japonaises considèrent ce sanctuaire comme un lieu à la gloire du passé guerrier du Japon et de la conquête de l’Asie, notamment de la Chine et de la Corée.

De 2001 à 2006, les visites du Premier ministre de l’époque, Junichiro Koizumi, au sanctuaire de Yasukuni ont entraîné des tensions avec la Chine et la Corée du Sud. M. Koizumi s’est de nouveau rendu au sanctuaire samedi, de même que l’autre ancien Premier ministre Shinzo Abe, prédécesseur de M. Aso, une quarantaine de députés et le ministre à la Consommation Seiko Noda, seul des 17 ministres du gouvernement Aso présent.

Source : The Canadian Press

PARTAGER