Le Japon va lever partiellement les sanctions commerciales visant la Corée du Nord, en échange de l’ouverture d’une enquête sur des Japonais enlevés par le régime communiste nord-coréen, a annoncé vendredi le ministre japonais des Affaires étrangères, Masahiko Komura.

Le Japon va lever l’interdiction visant les vols charter entre l’archipel et la Corée du Nord et l’entrée sur son territoire des ressortissants nord-coréens, a dit le ministre aux journalistes.

Cette décision a été prise à l’issue de deux jours de discussions à Pékin entre des responsables japonais et nord-coréens, en vue de normaliser les relations entre les deux pays. Ils ont en particulier abordé la question des Japonais enlevés par les services secrets nord-coréens dans les années 70 et 80, un sujet ultra-sensible pour les Japonais et un obstacle à toute reconnaissance diplomatique.

« La Corée du Nord a indiqué qu’elle allait mener une enquête pour régler la question des enlèvements », a souligné M. Komura.

L’agence officielle nord-coréenne KCNA a confirmé vendredi qu’une « nouvelle enquête » allait être ouverte sur cette question.

Le gouvernement japonais affirme avoir la preuve que 17 Japonais ont été enlevés entre septembre 1977 et juillet 1983, au Japon et à l’étranger, par les services secrets nord-coréens pour former des espions à la langue et à la culture japonaises.

En 2002, la Corée du Nord avait reconnu en avoir enlevé 13 au total, dont 5 ont dépuis été autorisés à regagner le Japon, les autres étant donnés comme morts par le régime nord-coréen, qui considérait jusqu’à présent cette affaire comme classée.

M. Komura a souligné que lors des récentes discussions, reprises après une interruption de neuf mois, les Nord-Coréens ont semblé adoucir leur attitude.

« Ils n’ont pas dit que l’affaire était terminée », a-t-il relevé.

Le gouvernement japonais impose depuis 2006 un embargo commercial total avec la Corée du Nord et interdit l’entrée du territoire japonais aux ressortissants nord-coréens.

La levée des sanctions est réclamée par la Corée du Nord, mais également par la forte communauté coréenne vivant au Japon et favorable au régime de Pyongyang.

Le Japon va toutefois continuer à interdire l’entrée dans ses eaux territoriales au ferry qui reliait les deux pays et les importations en provenance de Corée du Nord, essentiellement des produits de la mer et des champignons.

[RTLinfo->http://www.rtlinfo.be/rtl/archive/article/139205?&archiveYear=2008]

PARTAGER