Shinji Kugo a dessiné le jardin japonais de la mairie en 2004. Hier, il a effectué une taille avec des jardiniers de la ville.

« Les jardiniers de la ville ont bien entretenu le jardin… » Shinji Kugo ne pouvait pas dire autre chose. Mais sa sincérité ne fait pas de doute. Un peu caché du grand public, le jardin japonais de la mairie semble harmonieux, même en plein hiver. Invité dans le cadre de la journée Japon (lire plus loin) Shinji Kugo est un maître du jardin japonais. Professeur à « l’International college of crafts and arts » de Toyama (Japon), il a dessiné ce petit bout de Japon à Quimper. Shini Kugo est venu assisté de Haruhiko Yamazaki, un informaticien reconverti dans l’entretien du jardin traditionnel japonais.

Bambous et pierres

Comme l’explique Keiko Yamamoto, professeur de japonais à l’Isuga, « au Japon, le jardin traditionnel est l’affaire de professionnels ». Avec beaucoup de sérieux, les deux experts japonais ont taillé les plantations, aidés par des jardiniers de la ville, et sous l’oeil intéressé de Jean-Hubert Gilson, responsable Espaces verts. « Leurs outils sont les mêmes que les nôtres. À ceci près que l’acier des lames est beaucoup plus fin. » Entre deux averses, et en attendant de se rendre l’après-midi sur le rond-point Saint-Alor à Ergué-Armel, les deux jardiniers japonais taillent méticuleusement. Camélias, fougères, buis, le superbe érable japonais (40 ans). Jean-Hubert Gilson montre aux visiteurs une photo prise à l’automne, quand l’arbre donne ses plus belles couleurs.

Les différences entre la taille japonaise et la taille française ? « Les Japonais taillent de façon plus aérée. Ils donnent aux plantes une forme, c’est plus directif. Le tout est très symbolique. » Jean-Hubert Gilson estime que le jardin français est plus proche de la nature. « Mais ce n’est pas forcément mieux. Car la nature peut être anarchique. »

La taille se poursuit. Shinji Kugo verrait bien des bambous contre un mur. Et des pierres posées ici ou là. Mais, bien sûr, pas n’importe où ! Lundi, les deux jardiniers japonais reprennent l’avion pour leur pays. Ils laisseront derrière eux leurs outils. Cadeau (symbolique) au service des jardins de la ville.
Ouest-France

PARTAGER