La coalition du Parti Libéral Démocrate et du Nouveau Komeito est sortie victorieuse des élections de la Chambre haute ce dimanche. Elle met fin à une Diète divisée et à 7 ans de « valse » des Premiers ministres.

Le bâtiment de la Diète japonaise (© )
Le bâtiment de la Diète japonaise (© Synthetik  )

La prochaine élection du même acabit sera celle de la chambre basse, qui aura lieu dans 3 ans. Malgré la majorité acquise, Shinzo Abe ne compte pas se précipiter pour la révision de la Constitution pacifique. De plus, il n’a pas acquis deux tiers des sièges de la Chambre haute, ce qui le conduira sûrement à modifier l’article 96. Il a aussi besoin d’une majorité dans les deux chambres et doit donc convaincre ses opposants politiques en vue de cette modification. Le Premier ministre a notamment cité le Parti de la restauration du Japon et Votre Parti parmi les principaux groupes politiques à ranger de son côté car le Nouveau Komeito n’en fera pas de même. En effet, ce dernier, soutenu par le groupe pacifiste à tendance bouddhiste Soka Gakkai, s’oppose à la révision de l’article 96 car le parti craint la modification de l’article 9 de renonciation à la guerre.

Selon Koichi Nakano, professeur en sciences politiques à l’université de Sophia, Abe profitera sûrement de la nouvelle défaite cuisante du Parti Démocrate du Japon (PDJ) afin de briser son principal concurrent et d’amener certains de ses membres à voter en faveur d’une révision de la Constitution. La tâche lui est facilitée par le fait que le PDJ reste divisé sur la révision de l’article 9.

Du côté des votants, les avis sont mitigés. La plupart font confiance à Shinzo Abe, en particulier sur sa stratégie économique, même si cela n’a pas encore affecté leur quotidien. Un étudiant de 21 ans admet avoir voté pour le PLD par dépit parce que le PDJ n’arrivait à rien et n’avait rien fait de concret. Il considère que le PLD a été, jusque-là, constant dans ses engagements. Beaucoup de gens qui votaient alors pour le PDJ s’en sont finalement remis au PLD, notamment à cause de la mauvaise gestion de la catastrophe de Fukushima. D’autres ont choisi de voter pour eux tout simplement pour enfin acquérir une stabilité politique. D’autres, au contraire, ont voté pour le PDJ afin de maintenir une certaine opposition à la Diète et parce qu’ils ressentent les taxes imposés par le parti au pouvoir comme un élargissement de l’inégalité des revenus. Dans tous les cas, les vœux des Japonais sont principalement la relance de l’économie et la protection du pays.

Bouyssou Claire – sources : The Japan Times et ici