Le riz japonais ne connaît pas la crise

Contrairement aux autres pays d’Asie, le riz reste abondant au Japon, où les consommateurs n’hésitent pas à dépenser le prix fort pour acquérir plusieurs kilos de cette céréale considérée comme « précieuse ».

Alors que dans plusieurs pays d’Asie, le riz se fait rare, au Japon, il abonde. Mais il reste cher. Sur l’archipel, le prix du riz n’a pas attendu la crise alimentaire mondiale pour atteindre des sommets. Certaines variétés se négocient 3,20 euros le kilo, 1,70 euro lorsqu’elles sont en promotion. Dans les rayons des supermarchés, les clients ne trouvent que du riz national très coûteux, mais ils sont prêts à payer le prix fort… Aux yeux des Japonais, le riz reste un « aliment précieux », explique une consommatrice. Ils savent ce que cela représente comme charge de travail pour les agriculteurs.

Ainsi, chaque année, le pays récompense ses meilleurs producteurs. L’an dernier, Masaaki Kanebo, riziculteur dans les environs de Tokyo, a reçu un prix national pour la qualité de son Milk Queen, la variété la plus prisée des Japonais. Son secret : espacer les plants pour qu’ils grandissent et puissent résister aux insectes. Autre astuce : ajouter quelques poissons dans la rizière…

Le succès de son riz est tel que le riziculteur a déjà « pré-vendu » sa récolte. « Je n’en aurai même pas pour moi ! », lance-t-il en souriant. Masaaki Kanebo est fier de son métier : « C’est le riz qui rapporte le plus et c’est ce qu’il y a de plus noble à cultiver ».

Seule ombre au tableau, selon lui, les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui obligent le Japon, pourtant producteur excédentaire de riz, d’en importer 770 000 tonnes par an. D’où des stocks importants, notamment en banlieue de Tokyo. Dans ces gigantesques réserves, des montagnes de sacs de riz japonais côtoient celles de riz importé. « Ces stocks, explique Isogaï Yukitoshi, l’un des responsables de ces réserves, sont établis pour pouvoir réagir en cas de problème de production : mauvaise récolte, catastrophe naturelle ou grosse inflation qui obligerait à réguler les prix.  »

Quelque 2,3 millions de tonnes de riz sont ainsi stockées au Japon. Les pays voisins le savent et, l’an dernier, les Philippines et le Sri Lanka se sont tournés vers l’archipel pour faire face à leurs problèmes de production. Pour l’heure, les autorités japonaises négocient avec Manille le prix et le volume de riz qui lui seront cédés. « Notre politique consiste surtout à ne pas faire grimper les prix mais plutôt à essayer de ne pas le vendre cher pour que les prix baissent », assure Masaaki Edamoto, responsable de la division de la politique du riz au ministère japonais de l’Agriculture.

Cette vente aux pays demandeurs est également un moyen pour le Japon de se débarrasser de ses stocks étrangers, uniquement utilisés comme aliment pour le bétail, comme ingrédient pour des produits à base de riz ou pour l’aide humanitaire.

www.france24.com