Le soja réduit le risque d’infarctus chez les femmes japonaises

Le soja contribue à la santé du cœur et du cerveau chez les femmes. Telle est la conclusion d’une étude financée notamment par le ministère japonais de la Santé, du Travail et du Bien-être. L’étude montre que les femmes japonaises qui consomment du soja plus de 5 fois par semaine courent moins de risques de subir un infarctus que les femmes qui ne consomment pas de soja ou au maximum 2 fois par semaine.

Le soja contient naturellement des graisses poly-insaturées, des fibres, des vitamines et des minéraux. En outre, le soja est pauvre en graisses saturées et ne contient pas de cholestérol. Toutes ces propriétés ont un impact positif sur le cœur et sur les vaisseaux sanguins. Cependant, jusqu’à présent, peu de recherches avaient été menées sur le lien entre la consommation de soja et la prévention des affections cardio-vasculaires.

L’étude japonaise comble cette lacune en aboutissant à quelques conclusions intéressantes. Rien d’étonnant donc à ce qu’une importante marque de produits à base de soja fasse circuler cette étude.
Une étude étalée sur 12 ans

Pendant 12 ans, plus de 40.000 hommes et femmes sains, âgés entre 40 et 59 ans et issus de différentes régions japonaises, ont été suivis. A l’aide d’un questionnaire, l’étude a sondé leur consommation de soja. D’éventuels infarctus du myocarde et d’accidents vasculaires cérébraux chez ces personnes ont également été enregistrés.

Chez les femmes, un lien a été établi entre le risque d’infarctus du myocarde et le risque d’accidents vasculaires cérébraux et la consommation de soja. Les femmes qui consomment, chaque semaine, plus de cinq fois du soja présentent un risque d’infarctus du myocarde et un risque d’accidents vasculaires remarquablement bas par rapport aux femmes qui consomment du soja au maximum 2 par semaine. Chez ces femmes, le risque de mortalité à la suite d’affections cardio-vasculaires a également diminué de 69%.

Dans les pays occidentaux, les maladies cardio-vasculaires constituent la principale cause de mortalité. Ces résultats démontrent que le soja, intégré dans un régime alimentaire équilibré, peut jouer un rôle important dans le cadre des affections cardio-vasculaires chez les femmes.

Robert Derumes

Source : Kokubo Y, Iso H, Ishihara J, Okada K, Inoue M, Tsugane S. Association of Dietary Intake of Soy, Beans, and Isoflavones With Risk
of Cerebral and Myocardial Infarctions in Japanese Populations. The Japan Public Health Center Based (JPHC) Study Cohort I.