Cette fois c’est sûr, l’exercice physique serait bon pour nos neurones. C’est en tout cas ce que viennent de démontrer plusieurs études scientifiques.

« Les sportifs, le temps qu’ils passent à courir, ils ne le passent pas à se demander pourquoi ils courent. Alors, après on s’étonne qu’ils soient aussi cons à l’arrivée qu’au départ. » Ces propos d’un certain Coluche, pas vraiment admirateur des performances sportives, se trouvent aujourd’hui remis en cause. Des spécialistes ont en effet démontré que l’exercice physique favoriserait les connexions nerveuses. Or, dans le cerveau, ce n’est pas le nombre total de cellules qui importe mais leurs interactions.

Kisou Kubota, l’un de ces spécialistes, est docteur à l’Université de Nihon Fukushi à Handa au Japon. Il a soumis sept « cobayes » à une batterie de tests pour évaluer leurs capacités intellectuelles. Il leur a ensuite proposé un programme de footing de trente minutes, deux à trois fois par semaine, durant douze semaines, avant de recommencer l’expérience. Les conclusions de ses travaux sont claires : le score des bonnes réponses a augmenté après la période d’entraînement, ainsi que la rapidité d’exécution liée, selon Kubota, à une «nette amélioration de la fonction préfrontale».
Mais le scientifique ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Poursuivant ses recherches, il s’est aperçu que les scores revenaient à leur point de départ quand les sujets arrêtaient de courir.

De son côté, le professeur Manfred Spitzer, directeur de la clinique pour la psychiatrie et la psychothérapie III de l’Université d’Ulm, a fait le même constat. Dans son étude, le scientifique a ainsi mis en évidence un lien évident entre la forme physique et les processus électriques du cerveau. Il a prouvé qu’une activité sportive régulière accélérait et rendait plus efficace l’assimilation de certains stimuli. Selon le professeur, les premières améliorations seraient visibles après six semaines d’entraînement de course à pied, principalement dans les domaines de la « mémoire spatio-visuelle » et de la concentration. « Pour la première fois, nous avons pu montrer que certaines performances intellectuelles spécifiques bénéficiaient directement d’une activité sportive, a-t-il insisté ». Bah alors, qu’est-ce que vous attendez ? Courez…

[lesdessousdusport->www.lesdessousdusport.fr]

[Vous pouvez en discuter sur le forum Japoninfos->http://www.japoninfos.com/forum/]

PARTAGER