Le dernier-né d’Apple arrive enfin au Japon, directement en version 3G. NTT DoCoMo riposte avec, dès août, un nouveau BlackBerry.

Plus d’un an après les Etats-Unis et l’Europe, l’iPhone d’Apple débarque aujourd’hui au Japon, directement dans sa deuxième génération. Avec une version plus musclée, dimensionnée 3G, qui combine les fonctions d’un iPod, d’une console de jeu et l’Internet mobile. Réputé pour son agressivité, Softbank, qui le commercialise, a mis au point un plan incitatif pour tout utilisateur qui, au moment de changer son mobile, ferait le choix d’un iPhone. Il doit néanmoins s’attendre à payer plus cher ce service incompatible avec les offres globales de Softbank, comme la gratuité de la communication entre mobiles du même opérateur. En valeur absolue et à capacités comparables, l’iPhone 3G est proposé à des prix de 20 % à 30 % supérieurs, selon les modèles, aux autres téléphones mobiles.
File d’attente

Avec l’iPhone, Softbank espère bien conforter sa troisième place (17,6 % de part de marché au 30 juin) dans le paysage du mobile japonais, où il est entré en force avec la reprise de Vodafone Japan. Il compte notamment sur les logiciels et les programmes que de nombreux développeurs japonais ont mis au point. A l’image de Sega Corp. et Hudson Soft Co. pour les jeux, Kodansha Ltd pour les mangas ou encore Yahoo Japan Corp., filiale de Softbank qui réfléchit à une offre d’informations ou un système de GPS gratuits à partir d’un site Web dédié aux utilisateurs d’iPhone 3G. Nul, hier, ne pouvait dire quel accueil serait réservé au téléphone d’Apple, la presse japonaise faisant toutefois état de 400.000 acheteurs potentiels au cours du prochain trimestre.

NTT DoCoMo, le leader japonais de la téléphonie mobile, juge l’offensive de Softbank suffisamment sérieuse pour annoncer une riposte dès le 1er août avec un BlackBerry téléphone mobile qui sera vendu moins cher que l’iPhone. DoCoMo, qui vise une clientèle d’affaires, devrait détailler son offre commerciale à partir de septembre.

Cette bataille iPhone 3G – BlackBerry qui s’engage illustre, en même temps que les rivalités commerciales, l’ouverture progressive du marché japonais aux standards internationaux. Ce qui fait apparemment des heureux chez les consommateurs. Certains d’entre eux ont formé, dès mercredi, une file devant le magasin amiral de Softbank, à Shibuya, un quartier branché de Tokyo. Ce point de vente sera le seul à proposer le produit dès le matin 7 heures, les autres détaillants devant attendre midi.
MICHEL DE GRANDI

www.lesechos.fr

PARTAGER