L’abbaye de Fontevraud met à l’honneur le réalisateur du Tombeau des lucioles, Isao Takahata, disciple d’un autre grand de l’animation, Paul Grimault.

Entretien

Isao Takahata,

Cinéaste d’animation japonais.

Paul Grimault, le réalisateur du Roi et l’oiseau, a eu une influence déterminante sur votre travail. Que représente-t-il pour vous ?

Je l’ai rencontré à Paris, en 1981. Il était tel que je me l’étais imaginé en regardant ses films : ouvert et chaleureux. C’est le premier réalisateur de films d’animations à avoir pris à bras le corps des questions de société. Au-delà de ses convictions, il a révolutionné la technique du cinéma d’animation. La qualité graphique de La Bergère et le Ramoneur et du Roi et l’oiseau est époustouflante. Je pense aussi au Voleur de paratonnerre, où il a introduit un sens de la perspective inconnu jusque-là.

Et sa vision critique ?

Personne n’a jamais dépassé les métaphores de ses dessins animés. L’exemple des trappes, dans lesquelles le roi fait tomber ses opposants, dans Le Roi et l’oiseau est marquant.

C’est donc un immense honneur d’être exposé aux côtés de son maître…

Oh non, c’est très embarrassant ! Il y a un décalage entre son travail et le mien. Avec Miyasaki – le réalisateur de Kiki la petite sorcière et du Voyage de Chihiro, exposé lui aussi à l’abbaye de Fontevraud- on a eu la même réaction. On a accepté de participer à cette exposition pour avant tout saluer le travail de Grimault.

Quel regard portez-vous sur les films d’animation contemporains ?

Certaines productions sont remarquables ! Les réalisateurs explorent aujourd’hui plus de domaines. Les Français se démarquent avec des films de grande qualité, comme les Triplettes de Belleville de Sylvain Chomet ou les oeuvres de Michel Ocelot (Kirikou et la sorcière, Azur et Asmar).

C’est insolite d’exposer des dessins animés dans une abbaye royale, le cadre vous inspire-t-il pour un prochain film ?

C’est magnifique mais je me tiens à ma ligne directrice : traiter uniquement de la réalité de mon pays, le Japon.

Recueilli par Paul GYPTEAU.

www.ouest-france.fr

PARTAGER