Le premier Grand Prix de Hongrie auquel a participé Kazuki Nakajima ne restera pas le meilleur souvenir de sa première saison de F1. Mal placé sur la grille de départ, la course du Japonais s’est vite transformée en un calvaire.

Pourtant, côté confort, le pilote japonais était à son aise : « Budapest est une belle ville, et le concierge de l’Hôtel Intercontinental m’a dit qu’on la surnommait la « Paris de l’Est » : je peux le croire ! »

« L’architecture est magnifique et l’hôtel est situé sur les rives du Danube, c’était parfait. De ma chambre d’hôtel, au 7ème étage, je pouvais voir le fleuve, la ville et le château – c’était un bon sentiment quand j’ouvrais les rideaux chaque matin » avouait Kazuki.

Sur le Hungaroring, réputé pour sa quasi-impossibilité à dépasser, la séance de qualification cruciale pour la suite des évènements… L’équipe Williams s’y était préparée.

« Vendredi, nous avons concentré nos efforts pour optimiser nos performances sur un tour. Au début, l’état de la piste n’était pas bon – comme toujours lors de la première journée. Nous avons donc dû attendre qu’il y ait un certain dépôt de gomme avant de commencer à travailler sur le set-up » racontait Nakajima.

« La séance de qualification a été frustrante. J’ai lutté avec l’équilibre de la voiture avec les pneus les plus tendres, et je n’ai pas réussi à me qualifier pour Q2 » regrettait-il. « Je pense que beaucoup d’autres ont eu ce problème – ça ne vient pas de notre voiture en particulier, mais c’est toujours frustrant de ne pas faire mieux sur un circuit où nous pensions que la FW30 serait plus performante qu’à Hockenheim, Silverstone ou Magny Cours. »

Partir de la 16ème place sur la grille de départ du Grand Prix de Hongrie est le signe avant-coureur d’une course difficile… et elle le fut !

« Je suis resté coincé dans le trafic du début à la fin. Je n’ai pas été en mesure d’exploiter le véritable potentiel de la voiture. Grâce à un changement de stratégie, de deux à un arrêt, j’ai réussi à terminer 13ème, mais il n’y a pas grand chose d’autre à dire » avouait-il.

« Maintenant, c’est les vacances d’été, ce qui va me permettre d’aller au Japon pour quelques jours. Je n’y suis pas retourné depuis avant le début de la saison, donc je suis impatient de retrouver mon confort et ma cuisine. Je reviendrais en Europe la semaine avant le Grand Prix, à Valencia, pour passer du temps à l’usine pour et préparer la course » annonçait-il.

« Découvrir un nouveau circuit est une expérience intéressante pour tout le monde de la F1, les pilotes aussi. Il y a tant de questions : combien de temps faudra-t-il pour apprendre ? Quel véritable niveau d’appuis allons nous utiliser ? Le refroidissement des freins ? Ça me fera beaucoup réfléchir dans l’avion à mon retour de Tokyo » concluait Kazuki Nakajima.

http://fr.sports.yahoo.com

PARTAGER