Pour Victoria-Lynn, de la photo au manga, il n’y a qu’un pas

Victoria-Lynn Gomez a 14 ans. Depuis son plus jeune âge, elle s’exerce à la photo. Aidée par un professeur, elle consacre tout son temps libre à la réalisation d’un manga depuis un an.

PAR MÉLANIE HOCHART

[email protected] Un concours de circonstances. C’est ainsi qu’Élizabeth, la maman, explique ce qui arrive à sa fille : « Éric Barsby et moi enseignions à l’école du Phare. Quand il est parti à l’Esplanade, je l’ai suivi, ma fille aussi. Éric est un passionné de photo. Il m’a sollicitée pour poser avec des serpents. Victoria-Lynn s’en est chargée. C’est ainsi qu’est née la complicité qui les unit. » Éric Barsby confie à la jeune fille un appareil photo, ses clichés s’avèrent excellents. Victoria-Lynn est alors en CM1. « Quand on a un don, il faut le révéler », lance-t-il. Infographie, photographie… l’autodidacte lui transmet son savoir. De nombreux concours et expositions photos s’ensuivent. Victoria-Lynn rafle de nombreux prix nationaux.

La jeune fille grandit, commence à s’intéresser aux mangas il y a deux ans. « Elle décalquait le manga pour avoir le dessin, raconte Élizabeth, puis elle s’est mise à dessiner. »
Tout son temps libre

Éric Barsby décide de l’aider dans sa tâche. « J’avais observé qu’elle dessinait beaucoup. Et nous nous sommes lancés dans l’aventure, pour viser la publication. » Il se renseigne sur les bases du manga. Victoria-Lynn, elle, réalise scénario et illustrations.

Depuis l’année dernière, la demoiselle se partage entre sa classe de quatrième à l’institut Jeanne-d’Arc et son manga. Elle travaille d’arrache-pied et y consacre tout son temps libre, le mercredi après-midi et le samedi. « Ça représente pas moins de six à sept heures de travail par semaine », précise Éric Barsby. Plus de temps à consacrer au piano, instrument dont elle jouait !

Glénat, grand éditeur français de mangas, a été contacté et se dit intéressé, il est prêt à découvrir l’ouvrage. Et l’histoire justement ? « Un monde de rêve et un autre de cauchemar cohabitent, raconte timidement Victoria-Lynn. Une personne a essayé d’inverser les deux mondes, par vengeance. Deux élus de 13 ans vont veiller à remettre les mondes à leur place. » Et Élizabeth de préciser : « Une des bases du manga consiste à confronter le bien et le mal dans le monde actuel, sans oublier la magie. » Également écrivain de livres pour enfants, le professeur a sollicité Victoria-Lynn pour illustrer l’une de ses oeuvres, qui a été publiée en Chine.

Désormais, les deux compères apprennent le Japonais. Avec pour idée de lancer leurs futurs mangas au Japon. De la civilisation japonaise sera d’ailleurs intégrée à l’ouvrage en cours. Éric Barsby reste professeur avant tout !

En parallèle, Victoria-Lynn poursuit la photo et a même été publiée dans Photofan, magazine qui présente des clichés de professionnels et d’amateurs. Et plus tard ? « J’aimerais entrer à Eurasiam après le bac, une école de manga à Paris. » En attendant, Victoria-Lynn en est à sa 37e page sur un peu plus de 200… « Avec Éric, quand c’est naturel, ça devient professionnel », termine Élizabeth, en souriant. •

Le site de Victoria-Lynn : www.mondiamanga.com

www.lavoixdunord.fr

Ps : Ecole de manga à Paris : http://www.eurasiam.com/