Tepco a annoncé l’abandon d’un projet de construction d’une nouvelle centrale nucléaire dans la préfecture de Fukushima, confronté à une forte opposition.

centrale Fukushima
La centrale de Fukushima Daiichi en 1975 (© National Land Image Information (Color Aerial Photographs), Ministry of Land, Infrastructure, Transport and Tourism)

« En considérant le ressentiment et les protestations des habitants locaux, le projet est irréalisable », a déclaré un officiel de la compagnie électrique du Tôhoku. Le projet était prévu depuis quelques années : la centrale devait être construite aux abords des villes de Namie et de Minami-Soma. Mais la population locale s’y est fermement opposée suite au désastre nucléaire de Fukushima, causé par le tremblement de terre et le tsunami en mars 2011. Les deux localités sont situées à environ 10 kilomètres au nord du réacteur n°1 et les résidents ont été évacués à cause de la catastrophe. Les gouvernements locaux de ces villes ont encouragé l’abandon de l’énergie nucléaire au Japon suite au désastre.

Au printemps 2012, Tepco a changé la date du projet prévu à l’origine en 2016 à « pas encore déterminée ». Mais le peu de soutien que l’entreprise a reçu l’a résignée à arrêter le projet. Tepco exploite également la centrale nucléaire de la ville d’Onagawa (préfecture de Miyagi), qui a été fermée depuis le tremblement de terre, et celle d’Higashidori (préfecture d’Aomori), qui tourne au ralenti à l’heure actuelle. La première devrait être remise en fonctionnement courant 2016, la seconde en 2015. La compagnie électrique a relevé des problèmes concernant le réacteur de la centrale d’Higashidori, susceptible de ne plus être redémarré, ce qui nécessiterait la construction d’un nouveau réacteur.

Claire Bouyssou – sources : The Japan Times, Asahi Shimbun