La crise du lait chinois contaminé à la mélamine n’épargne pas le Japon. Dans les supermarchés, plusieurs produits fabriqués en Chine ont disparu des rayons. La mauvaise image des produits chinois se répercute sur les restaurants.

La crise du lait chinois contaminé à la mélamine n’épargne pas le Japon. L’entreprise Kanematsu commercialise des tartes aux œufs, fabriquées dans le sud de la Chine. Après analyses, l’entreprise a décidé de retirer le produit de la vente.

Dans les supermarchés, plusieurs produits fabriqués entièrement ou en partie en Chine, ont disparu des rayons. Et l’on voit désormais fleurir les étiquettes « fabriquées au Japon » sur les emballages. C’est qu’il faut rassurer des consommateurs japonais, déjà traumatisés par plusieurs scandales. Le dernier en date, en début d’année : des gyozas, ces raviolis très prisés ici, qui comportaient des traces d’insecticide.

La Chine est le deuxième fournisseur alimentaire du Japon

La mauvaise image des produits chinois se répercute sur les restaurants. Dans cet établissement chinois de Tokyo, où tout est pourtant fait maison, la patronne doit parfois essuyer quelques réflexions désagréables. Des Japonais qui savent qu’il leur est impossible de renoncer aux importations. Le taux national d’autosuffisance alimentaire est de 40%, soit le plus faible parmi les pays industrialisés.

Le problème, c’est donc le contrôle de ces énormes quantités de nourriture étrangère. Il faudrait des règles de contrôle plus strictes à la source. Et ce d’autant plus que la Chine est le deuxième fournisseur alimentaire du Japon, derrière les Etats-Unis.

[france24->www.france24.com]

[Vous pouvez en discuter sur le forum Japoninfos->http://www.japoninfos.com/forum/]

PARTAGER