Red Bull, Le Japon et la France

Depuis quelques semaines tout est dit en France sur le Red Bull, présenté comme une boisson dangereuse pour la santé physique et mentale de qui viendrait à en absorber quelques gouttes, l’alarme étant tirée tant par des mèdecins que par des politiciens. Mais le produit est-il si dangereux que cela ? D’ailleurs, est-il si bien connu par ses détracteurs qui voient en lui une sorte de cocaïne du pauvre, alors qu’il est tout de même consommé aux quatre coins du monde depuis des dizaines d’années, sans que le moindre incident « qui pourrait survenir » n’ait été signalé ? A quoi est due toute cette agitation qui ne repose ni sur la connaissance historique, ni sur l’analyse scientifique, ni sur une question de sureté nationale ? Voilà quelques éléments de réponse pour mieux savoir de quoi on parle, quand on cite ce fameux Red Bull qui aura déjà fait couler tant d’encre en France.
Je pense ne pas avoir été le seul Français de l'étranger, à avoir pris connaissance de loin et avec effarement du remue ménage qu'a pu susciter récemment l'arrivée en France d'une petite boisson sur-vitaminée, le Red Bull, dont on se demande s'il ne s'agit pas du nouveau nom de la cocaïne ou du crack. Dame ! A en croire certains « cadres de la nation » et certains commentaires « avisés », on s'apprête vraiment à laisser une drogue dure se vendre librement jusqu'aux plus jeunes qui, forcément, n'attendaient que ça pour pouvoir eux aussi partir en vrille 14 heures par jour…

La réalité est qu’en s’enfonçant dans des batailles aussi picrocholines et d’autant plus déshonnorantes qu’elles sont perdues d’avance – la France devant se plier aux règles européennes en la matière: un produit vendu dans les autres pays de l’Union, ne peut être interdit de vente si sa nocivité n’est pas démontrée – une nation donne à voir aux yeux de ses consoeurs le visage d’un peuple inconséquent, qui se perd en vaines chicaneries pour finir par se ranger à l’attitude commune, cruel aveux d’impuissance à faire appliquer sa volonté qu’elle soit juste ou injustifiée, ce n’est pas la question.
De fait ces derniers jours, tout le monde y allait de son petit a priori sur le Red Bull sans en avoir jamais lapé une seule goutte, et vraiment, on a le sentiment que nos politiciens n’ont vraiment que ça à faire qu’à prendre position contre la vente d’un produit, dont les experts les plus éminents n’arrivent même pas à démontrer qu’il represente un danger effectif pour la santé publique. Non seulement tout ce petit monde apparait paniqué, mais encore incompétent, mais surtout rempli de parti pris, et pétri d’une idéologie mortelle: celle qui consiste à prendre en permanence le Français pour un être infantile incapable de juger par lui-même ce qui est bon pour lui, et sa famille.

Boissons survitaminees au Japon
Photo ci-contre: petit éventail des remontants japonais: du Red Bull puissance 10 en vente libre

La réalité est pourtant beaucoup plus simple: le Red Bull ne représente aucun danger pour qui n’en abuse pas (comme l’alcool, les produits ménagers, les lames de rasoir qu’on range dans son armoire de toilette) et on ne voit pas pourquoi des tests complémentaires fort coûteux pour le contribuable par ailleurs, devraient être menés sur une boisson consommée depuis des dizaines d’années dans plusieurs pays, alors qu’aucun accident n’y a jamais été relevé. Pour tout dire, le Red Bull est en fait basé sur un concentré vitaminé japonais créé par le laboratoire nippon TAISHO en vente libre au Japon depuis près de 50 ans sous la marque LIPOVITAN. Voilà la vérité du Red Bull, il s’agit d’une boisson forte, certes d’un certain point de vue, mais sans risque à l’occasion d’une consommation normale. Maintenant il y aura toujours des inconscients à vouloir dépasser les bornes, mais si on doit tout interdire de potentiellement dangereux entre les mains de ces irresponsables, alors interdisons le café, le vélo, les crayons à papier bien taillés, les sacs en plastiques, les escarpins à talons aiguille, les piquets de tente et les bâtonnets d’encens qui peuvent déclencher un incendie de trois patés de maisons. Les tire-chaussettes ayant été quant à eux déjà retirés du marché parce-qu’ils auraient provoque une paraphlébite; quant aux poires à lavement, il parait que ça sent mauvais pour elles depuis qu’un maladroit s’est injecté avec du Red Bull dans la narine…

Sérieusement, je ne pense pas les Français moins responsables – c’est le moins que l’on puisse dire – que les Japonais qui consomment quotidiennement depuis près de 50 ans des boissons sur-vitaminées, et je ne vois pas au nom de quoi on interdirait aux premiers d’ingurgiter ce qui n’a pas causé de tort à la sante des seconds. Mettons donc fin à l’interdite chronique, maladie morale qui ronge la Société française à tous les niveaux, et ne tolérons plus que nos politiciens qui sont élus POUR NOUS SERVIR, perdent leur temps en combats plus que secondaires, à rechercher des moyens toujours plus nombreux de NOUS DICTER NOTRE CONDUITE même la plus anodine.

On prend les Japonais pour des individus écrasés par la Société, mais tout au contraire, ils sont souvent BIEN PLUS LIBRES que les Français qui acceptent désormais bien trop fréquemment qu'on les considère comme étant sous curatelle.

www.come4news.com