Akihiko Hoshide est de retour sur Terre, lundi 19 Novembre, après une mission de quatre mois au sein de la Station Spatiale Internationale (ISS). Il obtient le nouveau record de sorties dans l’espace par un astronaute Japonais.

Hoshide
Akihiko Hoshide le 13 septembre 2007 (© NASA)

Le véhicule spatial russe Soyouz qui transportait Hoshide ainsi que Yury Malenchenko, astronaute Russe, et Sunita Williams, astronaute Américain, a atterri dans une plaine enneigée du Kazakhstan à 7h56 heure locale selon la NASA.

A sa sortie du vaisseau, Hoshide déclara avoir vécu les quatre plus beaux mois de sa vie. Par la suite, il partagea sur Twitter  ses remerciements pour tout le soutien qu’il a reçu, et se dit très heureux d’être né sur cette magnifique planète Terre.

Hoshide, âgé de 43 ans, a accompli trois sorties dans l’espace, ou sorties extra-véhiculaires, pour des réparations sur la station. Il a totalisé 21 heures et 23 minutes de temps dans l’espace, surpassant le précédent record japonais détenu par Soichi Noguchi avec 20 heures et 5 minutes. Le total des sorties par les astronautes Japonais sur l’ISS atteint 41 heures et 28minutes, surpassant celui du Canada avec 39 heures et 48 minutes et faisant du Japon le 3ème au classement général, dominé par les États-Unis et la Russie.

Ses quatre mois, environ 125 jours, dans la station était la deuxième mission de l’astronaute, après sa première en 2008. Durant sa deuxième mission, il a conduit des expériences sur l’effet de la gravité zéro sur la croissance des os sur des poissons killies et sur la libération de petits satellites dans l’espace. Expériences faites dans le module Kibô, le Japanese experiment module ou JEM, que Hoshide avait aidé à assembler lors de sa première mission.

Pour les futures missions de l’ISS impliquant des Japonais, Koichi Wakata, 49 ans, servira comme le premier capitaine Japonais durant son séjour vers la fin de l’année 2013. Et Kimiya Yui, 42 ans, ancien pilote d’essai de la Force aérienne d’autodéfense, partira pour la station en 2015.

Carine Dupuis – source : The Japan Times, Daily Yomiuri