Russie-Japon: aucun progrès sur le litige des Kouriles

Le président russe Dmitri Medvedev et le premier ministre japonais Taro Aso se sont entretenus samedi à Lima, sans toutefois avancer dans le dossier épineux des îles Kouriles, a constaté le conseiller diplomatique du Kremlin Sergueï Prikhodko.

« Nous n’avons rien entendu de neuf (de la part du Japon), mais le président russe s’est dit prêt à poursuivre le dialogue en vue de signer un traité de paix », a-t-il précisé.

Selon M. Prikhodko, le chef du gouvernement japonais a juste répété sa position formulée au cours des entretiens antérieurs avec Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev.

Au cours de l’entretien, le président russe s’est concentré sur la coopération économique entre les deux pays en vue de surmonter la crise financière mondiale et sur les efforts conjoints à déployer pour régler le dossier nucléaire nord-coréen.

Au début de la rencontre, en présence de la presse, le chef du Kremlin s’est toutefois dit optimiste sur les chances de régler le différend des Kouriles. « Nous ferons le maximum d’efforts pour y parvenir. Il n’y a pas de problèmes impossibles à résoudre », a-t-il dit.

« Nous considérons les relations russo-japonaises comme un facteur clé de la sécurité dans la région », a souligné M. Medvedev.

De son côté, le premier ministre japonais a déploré que le litige territorial demeure « un facteur de déstabilisation dans la région ».

Il s’agit de la première rencontre bilatérale entre Dmitri Medvedev et Taro Aso, excepté leur bref contact pendant le sommet du G20 à Washington, le 15 novembre dernier.

Le Japon conteste l’appartenance russe de l’archipel des Kouriles du Sud, rattaché à l’URSS après la Seconde Guerre mondiale, qui regroupe les îles Itouroup, Kounachir, Chikotan et le groupe Khabomaï, et en réclame la restitution en échange d’un traité de paix.

[RIA Novosti.->http://fr.rian.ru/world/20081123/118470899.html]