Le gouvernement du Japon, à travers son Fonds fiduciaire de sécurité humaine et les Nations unies, ont décidé d’accorder un financement d’un montant total de 2.589.763 dollars US (environ 1 milliard 306 millions de FCFA) au Programme conjoint de l’OIT et de l’UNICEF pour l’amélioration de la situation des enfants en risque au Sénégal, selon un communiqué de l’ambassade du Japon à Dakar.

Selon la même source, ce projet sera exécuté par l’Organisation internationale du travail (OIT) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) en République du Sénégal.

La décision de cette aide est partie, selon le communiqué de presse, du constat selon lequel “la croissance rapide de la population avec des disparités régionales, la pauvreté étendue et l’insuffisance des services sociaux de base ont entraîné la propagation du travail des enfants au Sénégal ».

De plus, ajoute la même source, “le faible taux d’enregistrement des naissances est un frein pour l’accès des enfants non déclarés aux services sociaux de base tels que les soins médicaux et l’éducation ».

L’objectif du programme est d’améliorer les conditions des enfants défavorisés de la région de Thiès (70 km à l’est de Dakar), à travers le renforcement des communautés, des gouvernements locaux, des chefs religieux et des ONG dans une campagne de sensibilisation et une formation sur le travail des enfants et la déclaration de l’acte de naissance.

Il s’agira de libérer les enfants du travail et leur offrir une éducation informelle ou formelle, une formation professionnelle et des services de soins médicaux, aider les familles des enfants ciblés à travers la mise en place d’activités génératrices de revenus, promouvoir l’enregistrement des naissances à travers l’appui aux ONG, aux associations communautaires et enfin établir un système communautaire de suivi du travail des enfants, selon le communiqué.

[PANA->http://www.panapress.com/index.asp?code=eng&dte=01/12/2008]

PARTAGER