C’est officiel, Shinzô Abe ne visitera pas le controversé sanctuaire Yasukuni à Tôkyô lors de ses festivités du 21 au 23 avril.

Le bâtiment principal du sanctuaire Yasukuni (DR)
Le bâtiment principal du sanctuaire Yasukuni (DR)

Les visites officielles au sanctuaire Yasukuni ont toujours été une source de polémique au niveau diplomatique avec les voisins chinois et sud-coréen. Pour rappel, le Yasukuni rend honneur aux millions de japonais morts à la guerre, mais là où la controverse intervient, c’est que parmi ces morts figurent des criminels de guerre de classe A.

Cette année marquant le 70e anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale, Shinzô Abe préfère éviter des tensions inutiles qui le discréditeraient auprès de ses homologues. Le Premier ministre japonais souhaite en effet pouvoir rencontrer officiellement le président chinois Xi Jinping ainsi que la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, et le moindre faux pas pourrait réduire les chances d’une telle réunion. Les conflits territoriaux autour des îles Senkaku avec la Chine, et la non-reconnaissance des « femmes de réconfort » avec la Corée du Sud restent encore des problématiques majeures non résolues.

Shinzô Abe se rendra les 22 et 23 avril en Indonésie mais il devrait cependant faire offrande d’un arbre sacré au sanctuaire. Un geste qui sera probablement très mal vu au niveau international, mais qui a pour but de rester en bons termes avec les conservateurs qui le soutiennent.

La dernière visite du Premier ministre japonais remonte à décembre 2013, et cela avait fait couler beaucoup d’encre. Depuis, les visites de ses ministres ou d’autres parlementaires sont toujours très critiquées par Pékin et Séoul.

Daï Kaho – source : The Japan Times