Tepco a reconnu pour la première fois que de l’eau souterraine radioactive se déversait dans l’océan, alimentant ainsi les peurs que la vie marine soit empoisonnée.

Barge transportant de l'eau pour le refroidissement des réacteurs, 2011 (© Mikey Mulcare)
Barge transportant de l’eau pour le refroidissement des réacteurs, 2011 (© Mikey Mulcare)

La déclaration est arrivée un jour après que les électeurs aient donné  au Parti Libéral Démocrate du Premier ministre Shinzo Abe, en grande partie pro-nucléaire, une forte majorité à la Chambre haute.

La compagnie avait déclaré plus tôt ce mois-ci que selon les échantillons d’eaux prélevés à la centrale nucléaire endommagée, les niveaux de césium 134 avaient grimpé de plus de 110 fois en quelques jours. Bien qu’incapable d’expliquer ces relevés, Tepco avait néanmoins maintenu que les eaux contaminées étaient probablement contenues, en grande partie par les fondations en béton et les plaques d’acier.

« Mais maintenant nous pensons que l’eau contaminée s’est écoulée dans l’océan » a déclaré un porte-parole de Tepco lundi. Cependant, il a insisté sur le fait que l’impact de l’eau polluée sur l’océan serait limité. « Les données d’eau de mer n’ont pas montré d’augmentation anormal des niveaux de radioactivité ».

Tetsu Nozaki, président de la Fédération préfectoral des pêcheries coopératives de Fukushima, a exprimé sa profonde préoccupation. « C’était choquant » dit-il à la NHK. « L’explication [de Tepco] est totalement différente de la précédente ».

La pêche autour de la centrale de Fukushima a été arrêtée peu après la catastrophe, et la production de bœuf, de lait, de champignon et de légume a été interdite dans les zones environnantes, paralysant les industries agricoles et piscicoles de la préfecture.

Tepco, qui survit grâce à une injection massive de fonds publics, a déclaré qu’elle intensifiera les efforts pour réduire les infiltrations en consolidant le sol près de son port. Les experts environnementaux avertissent que la radioactivité pourrait contaminer la chaine alimentaire en infectant la vie marine, et finalement, les humains situés en bout de chaîne.

Tepco avait déclaré plus tôt dans l’année qu’un poisson pêché dans le port de Fukushima Dai-Ichi présentait un taux de radiation de plus de 2500 fois la limite autorisée. La compagnie avait également déclaré la semaine dernière qu’environ 2000 personnes qui avaient travaillé à la centrale, font à présent face à un risque augmenté de cancer de la thyroïde.

Carine Dupuis – source : The Japan Times