Mercredi 23, le Comité international olympique a retenu trois villes, Tôkyô, Madrid et Istanbul, pour passer aux phases finales de la sélection.

Les autres villes concurrentes étaient Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan et Doha, capitale du Qatar. La sixième ville, Rome, s’était retirée en février du fait des problèmes économiques du pays.

Tôkyô a obtenu de bonnes notes pour son plan d’infrastructures compact et efficace (28 des 31 installations se trouvent dans un rayon de 8 km autour du village olympique) ainsi que pour sa capacité à accueillir de nombreux spectateurs.

Le budget est estimé à environ 7.5 milliards de yens et financé à 51% par le secteur privé complété par le gouvernement métropolitain de Tôkyô.

« Pour la réalisation de ces jeux, nous allons devoir gagner le soutien de tous les japonais » a déclaré le président du Comité olympique japonais Tsunekazu Takeda. En effet, le soutien public au projet était le plus faible des candidats avec 65.2%.

La ville avait échoué à l’organisation des jeux de 2016 mais compte sur ceux de 2020 pour relancer le pays et soutenir le moral des japonais après une difficile année 2011.

Rendez-vous le 7 septembre 2013 pour les résultats.

Pierre-Etienne De Lazzer – sources: Le Monde, The Japan Times