Le général Toshio Tamogami, chef d’Etat-major de la Force d’autodéfense aérienne du Japon (ASDF) pourrait être relevé de ses fonctions pour avoir justifié l’agression japonaise contre la Chine et les autres pays asiatiques pendant la Seconde guerre mondiale, a rapporté vendredi le Kyodo News, citant des sources du gouvernement.

Le ministre de la Défense, Yasukazu Hamada, a décidé de renvoyer le général agé de 60 ans, qui a affirmé que le Japon devrait pouvoir exercer son droit à l’autodéfense collective et de posséder « un armement offensif », a indiqué le media.

Dans un document publié plus tôt vendredi, Tamogami a indiqué qu’il est « faux » d’accuser le Japon d’avoir été l’agresseur avant et pendant la Seconde guerre mondiale.

Dans ce document intitulé « Le Japon était-il un pays agresseur? « , le général a écrit que le Japon a été plongé dans la guerre sino-japonaise par le leader chinois de l’époque, Tchang Kaï-chek, qui menait le Parti nationaliste chinois, et a qualifié le Japon de « victime ».

Le Japon « est accusé d’avoir envahi » le territoire chinois et la péninsule coréenne dans la période avant-guerre, a écrit M. Tamogami, et d’ajouter que peu de gens sont néanmoins conscients que l’armée japonaise « était dans ces pays sur la base de traités ».

Le Premier ministre Taro Aso a fait savoir qu’il désapprouve ce document.

Critiquant le général Tamogami pour ses opinions, M. Aso a souligné qu’il « n’est pas approprié » pour un chef de l’ASDF de publier un tel document

[Xinhua->www.french.xinhuanet.com]

PARTAGER