Toshiro Mifune : portrait de ce grand acteur, producteur et réalisateur japonais

Toshiro Mifune est un cinéaste japonais, né le 1er avril 1920 à Tsingtao en Chine. Révélé au public pour ses talents d’acteur, de réalisateur et de producteur, il décéda en 1997, le 24 décembre à Mitaka au Japon. Sa collaboration avec le réalisateur Akira Kurosawa est pour beaucoup dans son succès. Enfant, Toshiro Mifune vécut une vie paisible à Dalian auprès de ses parents, son frère et sa soeur. Plus grand, il aida son père, un photographe qui se donna une tâche de missionnaire méthodiste auprès des Japonais de Dalian. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, Toshiro fut enrôlé comme photographe aérien dans la Force Aérienne Impériale japonaise. Sa vraie carrière commença en 1947, un an après son retour au Japon, comme assistant photographique dans une société qui oeuvrait pour les communistes. Ce travail ne lui plaisait pas car Toshiro était très pieux. C’est lors d’un concours organisé dans le but de révéler de nouveaux talents, auquel Toshiro fut inscrit par ses amis sans même qu’il le sache, qu’il fut choisi parmi les 49 élus sur 4.000 candidats à une audition pour Kajirô Yamamoto. Ce dernier, séduit par la prestation du candidat l’envoie à Sankichi Taniguchi, son collègue.

Il obtint alors en 1947 son premier rôle dans le film « Shin baka jidai ». En 1950, Toshiro Mifune épousa Sachiko Yoshimine, une des femmes qui avait participé au concours de Tôhô. La famille de Sachiko, une famille riche de Tokyo, n’accepta au début l’idée de ce mariage, finit par se laisser convaincre par Akira Kurosawa. Le couple a eu un fils qu’il nomma Shirô en novembre 1950, un second du nom de Takeshi en 1955 et une fille du nom de Mika en 1961. La carrière de Toshiro Mifune s’étoffa de célébrité.

Parlant couramment le mandarin, le japonais et d’autres langues étrangères comme l’anglais et l’espagnol, il s’imposa sur les plateaux du cinéma japonais et se fit connaître mondialement comme le meilleur acteur japonais de son époque. Ses rôles les plus connus sont celui d’un rônin ou d’un samouraï qu’il interprète avec brio. Il est aussi apprécié des réalisateurs pour son sens de l’humour car même dans ses propres films, il ose se moquer de lui- même. Pour préparer ses textes, Toshiro visionne des films et apprend textuellement ses répliques en langues étrangères. Sa filmographie contient « les Sept Samouraïs », « Rashomon », « les chiens enragés », « Animas Trujano », « la Forteresse cachée » en 1958, le « Soleil Rouge » en 1971, « la Bataille de Midway » en 1976 dans lequel il joue le rôle d’un amiral du nom d’Isoroku Yamamoto, « le Château de l’Araignée », une adaptation de l’oeuvre de Shakespeare « Lady Macbeth ». « Barberousse » est le dernier film que Toshiro Mifune réalise en collaboration avec Kurosawa à cause de différends personnels. Pour ce film Toshiro s’est laissé pousser la barbe pendant deux ans et ne pouvait participer à aucun autre tournage en parallèle, ce qui mit sa production en péril financier.
toshiro mifune

En 1980, il fonda une école de comédie : la « Mifune Geijutsu Gakuin », mais des erreurs de gestion conduiront à sa fermeture trois ans après. Il prit un rôle dans une série télévisée intitulée « Shogun» qui eut du succès auprès des occidentaux, mais qui déchaîna la fureur des japonais à cause de l’image trop sommaire donnée à leur pays. Après presque trente ans de mésentente avec Kurosawa, Mifune a revu celui-ci au cours de l’enterrement d’un de leurs amis communs Ishirô Honda. Ils ne reprendront cependant pas leur collaboration. Souffrant d’une maladie inconnue depuis 1992, Toshiro Mifune s’enferme chez lui tandis que sa femme reste auprès de lui. Sa femme, alors atteinte d’un cancer du pancréas, meurt en 1995. Depuis, son état ne s’améliore pas. Au contraire, il finira par décéder à l’âge de 77 ans. Apprécié du public et reconnu comme « le plus japonais de tous les hommes », l’acteur était au summum de la célébrité tant en orient qu’en occident. Il avait à son actif plus d’une centaine de films et fut récompensé de la Coupe Voipi du meilleur acteur pour « Yojimbo » en 1961 et pour « Barberousse » en 1965, du Grand prix spécial du Festival de Montréal en 1985. Il reçut également la nomination au BAFTA du meilleur acteur étranger pour sa prestation dans « Les Sept Samouraïs ».

Toli

[web-libre->www.web-libre.org]