Un concert d’explosions pour célébrer la fin de l’Eté

Au Japon, l’été est la saison incontournable pour les spectacles pyrotechniques. Ce samedi soir, la ville de Tsuchiura de la préfecture d’Ibaraki accueillera sa compétition annuelle des feux d’artifices.

Feux d’artifice à Tôkyô en 2005 – CC Shin-改 T

Appelés « Hanabi », 花火 – « Fleurs de feu », ils peuvent être assimilés aux fleurs de cerisiers emblématiques du Japon, symbole de la beauté et de l’existence éphémère. Ce sont des spectacles particulièrement populaires où on peut apercevoir des Japonais en yukata 浴衣 (kimono estival en coton léger) portant des uchiwa 団扇 (les éventails ronds), se retrouver en famille et entres amis, boire de la bière et manger des plats traditionnels.

Il y en aurait environ 7000 par an et à Tôkyô, un musée leur est même dédié.

A l’occasion de l’évènement « The Tsuchiura All-Japan Fireworks Competition », près de 60 des meilleurs pyrotechniciens japonais feront le spectacle, pour une dernière opportunité de montrer leurs talents.

L’année dernière, le premier prix fut gagné par Nomura Hanabi Kogyo d’Ibaraki, qui triompha dans les deux plus importantes catégories. Un des feux d’artifices marquant de Nomura évoquait un chrysanthème aux pistils de quatre couleurs différentes, chacun imbriqué l’un dans l’autre, combiné à des tourbillons de couleurs sur sa « tige ». Son « Wedding in the night sky », encore plus impressionnant, incorporait de multiples explosions en forme de disque dont la vue faisait penser à une galaxie miniature.

Pour les chanceux qui ont la possibilité d’y être, dirigez vous vers les rives de la rivière Sakuragawa, au nord-ouest de la Station Tsuchiura dans la soirée de samedi pour découvrir ce spectacle haut en couleur et n’oubliez pas de réserver des tickets.

« The Tsuchiura All-Japan Fireworks Competition » se tiendra le 6 octobre à partir de 18h et jusqu’à 20h30.

Le site de l’évènement (en japonais) : www.tsuchiura-hanabi.jp

Vous pouvez également découvrir sur ce site les plus beaux festivals de feux d’artifices proposés au Japon.

Carine Dupuis – sources : The Japan Times, ThingsAsian