Un tout nouveau groupe de travail va être créé afin d’aider à combler l’écart économique entre les sexes au Japon,  grâce à la coopération entre les dirigeants du gouvernement, les leaders commerciaux et sociaux, et les membres Japonais du Forum économique mondial.

Dans le rapport annuel du Forum économique mondial, une fondation à but non lucratif basée à Genève, le fossé entre les sexes au Japon a encore une fois été classé comme l’un des pires de tous les pays développés. Cette année, l’égalité des sexes du Japon arrive à la 101ème place sur 135 pays. La Chine étant située en 69ème position.

Les objectifs du groupe de travail seront d’améliorer la compétitivité japonaise en développant les opportunités pour les femmes de contribuer au développement l’économie. Il a également pour but de revitaliser la société que l’économie en amenant le Japon sur le même plan que les autres pays développés. Le groupe continuera à collecter des données, mais plus important encore, il devra mettre en place des interactions, interventions et programmes concrets.

Les conditions au Japon sont prometteuses, mais restent dormantes. Les femmes ont des niveaux d’éducations proches de ceux des hommes, mais en raison d’une vieille dépendance à un système dans lequel les entreprises privilégient les hommes, le Japon est le seul pays faisant parti de l’Organisation de coopération et de développement économiques où le taux d’activité des femmes ayant un diplôme universitaire est quasiment le même que celui des femmes avec un diplôme d’études secondaires.

Réduire l’écart entre le niveau d’instruction des femmes et leur position dans le milieu du travail serait un changement important au Japon.

En travaillant avec les agences gouvernementales, les entreprises privées et d’autres acteurs, le groupe de travail aura la possibilité de trouver des moyens pratiques et raisonnables pour inclure les femmes dans le monde économique japonais et réduire le fossé entre les sexes. Cette mesure n’est pas que pratique, mais est aussi un droit économique, social et politique.

Carine Dupuis – source : The Japan Times