Une mission d’opérateurs économiques japonais au Sénégal

Des investisseurs japonais sont au Sénégal, dans le cadre d’une mission de prospection des opportunités d’échanges avec des opérateurs économiques sénégalais. Outre la pêche, d’autres secteurs comme le tourisme, l’agroalimentaire, etc. sont des filières susceptibles de booster le volume des échanges entre les deux pays, volume estimé à 38,122 milliards de FCFA en 2007.

Des opérateurs économiques japonais et sénégalais prospectent ensemble des pistes de partenariats dans différents secteurs bien diversifiés. C’est à l’occasion du séjour au Sénégal d’une mission d’investisseurs japonais, venue sonder des opportunités avec des opérateurs économiques sénégalais.

Certes, les Japonais ont été toujours visibles dans le secteur de la pêche, mais aujourd’hui, avec la bonne percée d’autres filières, les opérateurs économiques sénégalais ont invité leurs homologues de l’empire du soleil levant, à diversifier leurs axes d’investissement. Au-delà des opportunités économiques pour les hommes d’affaires des deux pays, c’est la préoccupation du gouvernement sénégalais pour la participation des investisseurs étrangers au développement qui a été mis en exergue par les responsables de la Chambre de commerce de Dakar et du ministère du commerce. Et dans cette perspective, le Japon peut sans doute beaucoup apporter si l’on sait que le pays de l’empire du soleil levant constitue le sixième partenaire commercial du Sénégal, avec un volume des échanges évalué à près de 38, 122 milliards de FCFA en 2007.

Le Japon constitue particulièrement une destination de choix pour les produits halieutiques sénégalais, secteur qui fait partie aussi des cinq grappes sectorielles identifiées dans le cadre de la stratégie de croissance accélérée.

Au cours de la journée d’échanges, l’Agence pour la promotion des grands travaux et des échanges (Apix) est revenue sur les initiatives sénégalaises, notamment la stratégie de promotion de l’investissement y compris étrangers.

Des actions bien complétées par celles d’institutions comme la Chambre de commerce à travers l’information, la formation, l’encadrement et l’appui aux porteurs de projets.

En plus de la pêche, d’autres secteurs, comme le tourisme, l’agroalimentaire, constituent aussi des axes pleins d’opportunités.

A. MBODJ

[lesoleil->www.lesoleil.sn]