La victoire juridique de Xia Shuqin, une Chinoise de 80 ans, contre des Japonais de droite est d’une grande importance, a indiqué dimanche l’avocat de cette Chinoise.

La Cour suprême du Japon a rejeté jeudi l’appel interjeté par Shudo Higashinakano, un spécialiste de droite de la « Asia University », une université privée de Tokyo, et l’éditeur Tendensha. Higashinakano et Tendensha devront verser 4 millions de yens (44 500 dollars) de dédommagement à Xia Shuqin.

Xia Shuqin, dont la famille a été massacrée durant le Massacre de Nanjing en 1937, figurait dans un documentaire tourné par l’Américain John Magee.

Cependant, dans son livre « Enquête complète sur le Massacre de Nanjing », publié en 1998,Shudo Higashinakano affirmait que Xia Shuqin n’avait pas été témoin du massacre. Cela constituait une diffamation.

Le procès en diffamation a été porté devant la Cour suprême du Japon puisque les accusés avaient refusé d’accepter un premier jugement par la Haute Cour de Tokyo.

Maître Tan Zhen, l’avocat de Xia Shuqin, et l’association du Mémorial aux Victimes du Massacre de Nanjing, ont annoncé ensemble cette victoire, dimanche, au public chinois.

« Cela marque une victoire complète dans ce procès intenté par des Chinois contre des Japonais de droite », a indiqué Zhu Chengshan, conservateur du Mémorial de Nanjing.

« Il y a eu plusieurs affaires similaires contre des Japonais de droite, mais Xia Shuqin est la seule personnes ayant gagné des procès tant en Chine qu’au Japon.

Tan Zhen a souligné que cette victoire juridique revêtait une signification concrète et historique. « Elle défend non seulement la réalité de l’histoire, mais déjoue aussi la tentative des Japonais de droite de nier le Massacre de Nanjing », a-t-il indiqué.

[Xinhua->http://www.french.xinhuanet.com/french/2009-02/09/content_813372.htm]

PARTAGER