Une coalition, composée d’une chaîne de télévision japonaise, de studios de cinéma et de maisons de disques, a condamné l’attitude de YouTube jeudi dernier en indiquant que le portail vidéo ne luttait pas assez contre la mise en ligne de clips protégés sans permission.

Ce groupe a exprimé beaucoup de scepticisme à propos du futur outil de filtrage vidéo censé permettre la suppression automatique de vidéos protégées mises en ligne sans autorisation des ayants droit, s’interrogeant notamment sur la fiabilité de la technologie et sur le délai de livraison de celle-ci. Un tel système est en effet attendu depuis des mois par les majors du disque et du cinéma et ne devrait arriver qu’en septembre prochain.

 » YouTube doit stopper la manière dont il gère son site et se débarrasser des clips illégaux. Nous voulons d’eux qu’ils remettent leur service à zéro « , a décrit le compositeur Hideki Matsutake lors d’une conférence de presse jeudi dernier. Cette déclaration fait suite à une rencontre préalable entre ce groupe et des responsables exécutifs de Google et de YouTube.

 » Il n’y a pas de demi-mesure à avoir. (…) Nous demandons à ce que tout le contenu protégé par des droits d’auteur soit supprimé immédiatement « , a t-il insisté en tant que porte-parole de cette coalition. Il a ajouté que les négociations allaient continuer entre celle-ci et YouTube.

Rappelons que le portail vidéo est sorti en version japonaise en juin dernier, permettant ainsi de mettre en garde tout internaute nippon de ne pas mettre en ligne des vidéos protégées sans autorisation. Du côté de YouTube, le groupe indique coopérer avec les ayants droit et supprimer les contenus protégés dès que la demande est faite. En octobre dernier, la filiale de Google avait en effet supprimé près de 30 000 vidéos au Japon.

Source : generation-nt.com

PARTAGER