Les enfants de Fukushima demandent leur évacuation

Des enfants de Fukushima ont porté plainte à la cour de justice de Sendai afin de réclamer leur droit à être évacué et à échapper aux taux élevés de radiation. Ils sont 14 enfants à avoir commencé ce combat.

Ecoliers japonais utilisant les téléphones publiques - photo : Christian Kadluba CC2.0

Ecoliers japonais utilisant les téléphones publiques – photo : Christian Kadluba CC 2.0

Avec cette action en justice, ils comptent faire comprendre que les habitants de Koriyama, une ville de 330 000 habitants, doit faire évacuer ses enfants dans une zone où le taux de radiation ne doit pas être plus élevé que dans le reste du Japon (environ 1 millisievert d’exposition annuelle). Le gouvernement, avec l’approbation de certains experts, avaient limité l’exposition annuelle au taux de radiation à 20 millisieverts mais les parents sont inquiets des conséquences sur le long terme. De plus, certains lieux dans la ville de Koriyama dépassent ce niveau de radiation. Malgré cela, le gouvernement persiste : “C’est le niveau auquel il n’y a pas d’effets majeurs sur la santé et les gens peuvent y vivre”, a déclaré Keita Kawamori, un officiel du cabinet. “Les experts académiques ont décidé que c’était le niveau de limite sûr.” Un expert sur la question avait appelé au calme, notant que les dommages sont mesurables à partir de 100 millisieverts.

Cependant, cela n’a pas réussit à convaincre les sceptiques. Les plaignants ont fait remarqué que l’opinion publique était en désaccord à cause des multiples avis différents des experts concernant les impacts sur la santé. Après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, le gouvernement soviétique avait fait de l’évacuation des enfants et des femmes une priorité, à au moins 30 kilomètres de la zone sinistrée, à une distance plus élevée que les 20 kilomètres de zone interdite autour de Fukushima. Toshio Yanagihara, un des avocats, a critiqué le gouvernement : selon lui, le gouvernement est plus préoccupé par une exode de la population que de sauver les enfants. “Je ne comprends pas comment un pays comme le Japon n’évacue pas les enfants. Même le gouvernement fascite l’a fait durant la 2ème Guerre Mondiale !” a-t-il déclaré, faisant référence aux évacuations massives d’enfants pour éviter les bombardements aériens durant les années 40.

Après Tchernobyl, une centaine d’enfants ont été atteints d’un cancer de la thyroïde. À Fukushima, 3 enfants en ont été victimes eux aussi, bien qu’aucun lien n’ait encore été fait avec la catastrophe nucléaire. Il n’y a pas encore eu d’autres cas similaires dans les autres zones japonaises. Les enfants et les familles impliqués dans l’action en justice sont restés anonymes afin d’éviter les menaces.

Dans une déposition, une mère a déclaré : “Pourquoi le Japon est-il en train de répéter les erreurs de Tchernobyl ? N’est-ce pas aux adultes de protéger les enfants ?”. De plus en plus de rassemblements anti-nucléaires ont supporté l’action en justice. Des personnalités publiques ont elles aussi apporté leur soutien, comme le chanteur Ryuichi Sakamoto et le mangaka Tetsuya Chiba.

Claire Bouyssou – source : The Japan Times

Envolez-vous au Japon !

vol pas cher

Laisser un commentaire