Les okonomiyaki sont des galettes de chou généreuses, garnies d’ingrédients variés et cuites sur une plaque chaufante, appelée Teppan. Ensuite, les okonomiyaki sont nappés de sauce Otafuku fruitée et vinaigrée ainsi que de mayonnaise QP et de katsuobushi, copeaux de bonite séchée.

La classique dite « Kansai », la « Hiroshima » (la pâte, le chou, les nouilles et les œufs sont disposés en couches), la variante « Monjayaki »(les ingrédients sont finement hachés et la texture de la pâte est plus liquide que pour la Kansai) et la variante « Modan Yaki » (Kansai contenant des nouilles yakisoba ou des udon).

Le restaurant ATSU ATSU propose deux de ces variantes : la classique Kansai et la variante Hiroshima.
La version la plus traditionnelle est l’okonomiyaki Kansai. Il s’agit de pâte cuite avec du chou, auquel on ajoute, au choix, du porc, du bœuf, des crevettes, du fromage, de l’œuf, etc. Pour le dressage on y ajoute les sauces mayonnaise et okonomiyaki avec des petites algues vertes aonori et le katsuobushi qui s’agite sous l’effet de la chaleur.

Les Hiroshima sont la spécialité de ATSU ATSU, car ils sont les seuls à proposer ce produit à Paris. Le plat se prépare en couches successives sur la plaque chaufante teppan avec la galette faite de farine de blé et de dashi (bouillon), on y ajoute les ingrédients souhaités tels que de la viande, des crevettes ou du poulpe. Puis on y ajoute des œufs et enfin les nouilles. Le tout est assaisonné de sauce okonomiyaki fruitée et vinaigrée. Le plat est prêt à être dégusté. C’est un repas consistant grâce aux nouilles et à sa grande quantité de chou.

Un peu d’histoire

Certains font remonter les okonomiyaki au XVIe siècle et aux crêpes de blé funoyaki préparées par des moines bouddhistes lors de cérémonies.
Mais l’ancêtre avéré des okonomiyaki est le Issen Yôshoku, qui signifie : « aliment occidental à 1 yen ». Le Issen Yôshoku était une friandise destinée aux enfants et proposée pour 1 yen dans les dagashiya (petites boutiques d’épicerie) de l’ère Taishô (1912-1926).
C’était une galette très fine, à base de farine de blé diluée dans de l’eau, avec des oignons grillés et des petits morceaux de viande, le tout cuit sur plaque
chauffante et badigeonné de sauce Worcester.

Pour le Japon de l’époque, un aliment composé de farine de blé et enduit de sauce Worcester était quelque chose de complètement « exotique », d’où son nom d’aliment occidental à 1 yen.

Les okonomiyaki se sont popularisés après la Seconde Guerre mondiale alors que le Japon faisait face à de grandes pénuries alimentaires et que la farine de blé était un substitut pour le riz. Ces galettes de blé étaient très nutritives, bien garnies et peu chères. Ce plat a donc été influencé par le monde occidental.


Où manger des okonomiyaki à Paris

Le restaurant ATSU ATSU est le seul à proposer des okonomiyaki en version kansai et hiroshima dans la capitale.

Il possède trois espaces de dégustation pour une immersion totale dans la culture au japonaise :

  • Le Comptoir où les clients assistent au spectacle des plats réalisés devant eux.
  • L’Espace Convivial modulable pour un repas seul, en tête à tête, en famille ou entre amis.
  • L’Espace Horigotatsu traditionnel japonais, où les clients se déchaussent et s’assoient à des tables au niveau du sol.

 

Restaurant Atsu atsu

  •  88 rue de Richelieu – 75002 Paris
  • Réservations au 01 42 60 82 74
  • Le site internet de Atsu atsu