La série noire continue pour Boeing avec un nouveau problème sur un 787 Dreamliner de la compagnie japonaise All Nippon Airways (ANA) qui a dû procéder à un atterrissage d’urgence ce mercredi 16 janvier après la détection de fumée à bord.

Boeing 787 Dreamliner, décembre 2009 (© Dave Sizer)

Hiroyuki Ito, responsable de la maintenance d’ANA, a expliqué lors d’une conférence de presse : « un message dans la cabine de pilotage indiquait la détection de fumée dans le compartiment avant » nous informe Le Monde. L’équipage n’a toutefois pas pu « voir » la fumée, laissant supposer que « les capteurs ont réagi à une forte odeur », laquelle s’est répandue dans le cockpit et la cabine de l’avion.

D’après Ishikawa Masaaki, passager du vol, à 8h25, « lorsque la distribution de boissons a commencé, une forte odeur de caoutchouc brûlé s’est faite sentir et quelques minutes après l’avion a commencé sa descente » nous rapporte le quotidien japonais Asahi. Ce Boeing qui assurait la liaison intérieure entre Ube (Ouest) et Tôkyô a dû atterrir d’urgence après 30 minutes de vol à l’aéroport de Takamatsu, à Shikoku.

Ce septième incident rencontré par les compagnies japonaises ANA et Japan Airlines (JAL) en moins de deux semaines commence à préoccuper le ministre des Transports japonais qui exprimait ce mercredi matin sa crainte que ces « sérieux incidents » ne débouchent sur un «grave accident » tôt ou tard.

Cette série d’incident a contraint mercredi ANA à clouer ses 17 Dreamliner au sol, suivi peu après par JAL exploitant sept appareils de ce type.

Quentin Guyomard – Sources : Yomiuri shinbun, Asahi shinbun, Le Monde, The New York Times